Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Animation-BD-Dessin’

Spirou - Photo Michel Doussot

Read Full Post »

Interview. Le tempétueux saxophoniste Guillaume Perret et les musiciens de son groupe, le bien nommé Electric Epic, nous invitent à voyager en direction de la mythique GUILLAUME PERRETcité de l’Atlantide. Les accompagne dans cette aventure un des maîtres actuels de la BD, Benjamin Flao, lequel va créer des œuvres en direct durant un « concert dessiné » qui s’annonce fascinant. Des interventions du vidéaste Cyril Raymond sont également prévues.

÷

Qui a eu l’idée d’organiser une telle rencontre ?

C’est le festival d’Île-de-France car Benjamin Flao et moi nous ne nous connaissions pas. Coup de chance, nous avons constaté qu’il y avait un vrai feeling entre nous. J’aime beaucoup ses dessins, que l’on peut rapprocher de ceux d’Hugo Pratt.

(suite…)

Read Full Post »

Les meilleures séries télévisées diffusées depuis 1990 font chacune l’objet d’une présentation critique sur ce blog, sous la forme de textes courts. Ils sont réunis sur des pages donnant une vision d’ensemble sur ce qui a commencé à être produit à travers le monde au cours de telle ou telle année : de 1990 à 1999 ; de 2000 à 2005 ; en 2006 ; 2007 ; 2008 ; 2009 ; 2010 ; 2011 ; 2012 ; 2013 ; 2014 ; 2015 ; 2016 ; 2017 ; 2018 ; 2019 ; 2020

Ci-dessous, les séries sélectionnées sont classées par ordre alphabétique.

Il suffit de cliquer sur un titre pour accéder à la page où figure le texte correspondant.

(suite…)

Read Full Post »

Ex-libris Der Des DersInterview. Durant l’hiver 1920 à Paris, les fantômes de la Grande Guerre n’en finissent plus de hanter les personnages de Le Der des ders, roman écrit par Didier Daeninckx que Jacques Tardi a adapté sous forme de bandes dessinées. Les deux auteurs nous expliquent comment ce travail s’est effectué.

÷

Ces deux-là devaient se rencontrer. En 1984, à la lecture du Der des ders, roman de Didier Daeninckx paru dans la Série noire, le dessinateur de bandes dessinées et illustrateur Jacques Tardi se passionne pour son intrigue et le contexte dans lequel elle se déroule. En 1920, un détective privé parisien recherche des poilus disparus pour le compte d’épouses qui veulent refaire leur vie. Le coup de fil d’un « héroïque » colonel va l’entraîner dans une sombre histoire où se croisent un magouilleur américain, une bourgeoise frivole, des anarchistes précurseurs de Droit au logement et un maître chanteur. Il y avait là effectivement de quoi faire saliver Jacques Tardi. « Tu ne l’as pas écrit pour moi ? » demande-t-il à son camarade au cours de l’entretien qu’il nous a accordé. « Non ! répond Daeninckx. Quand j’écris des romans, à aucun moment je pense à des adaptations. J’ai déjà assez de difficulté à sortir du piège dans lequel je me suis fourré tout à fait volontairement. » Pourtant, après son coup de cœur, « L’idée a fait son chemin, raconte Tardi. J’avais d’autres projets, le temps a passé, les questions de rachats de droits ont posé des problèmes aux éditeurs. Et puis à un moment, cela s’est précipité. »

(suite…)

Read Full Post »

peintures-chevaux-grotte-chauvet-caverne-pont-arc-ardecheReportage. Grâce à une réplique spectaculaire, la Caverne du Pont-d’Arc vous invite à admirer les peintures laissées par nos ancêtres voilà 36 000 ans sur les parois de la grotte Chauvet, dont les salles s’étendent au cœur d’une des hauteurs qui entourent Vallon-Pont-d’Arc, à proximité des gorges de l’Ardèche et de son célèbre Pont-d’Arc. Des spéléos l’ont inventé en 1994, à vous de découvrir sa reproduction à partir du 25 avril 2015.

(suite…)

Read Full Post »

Les Aventures de Tintin série dessin animéInterview. Les Schtroumpfs, Lucky Luke, Spirou, le Marsupilami… D’importantes bandes dessinées ont été adaptées avec plus ou moins de bonheur en série de dessins animés pour la télévision. Champion de la catégorie, celle qui a été consacrée à Tintin a ravi connaisseurs et néophytes.

÷

Lorsqu’en 1988, Stéphane Bernasconi entreprend d’adapter les aventures de Tintin en une série de dessins animés, le reporter a déjà fait l’objet de deux films de fiction décevants (Le Mystère de la Toison d’or en 1961, Les Oranges bleues en 1964), d’un long métrage animé (Le Lac aux requins en 1972) et d’une série télévisée belge dans les années 1960. Quatre ans plus tard, dont un et demi consacré à sa fabrication, cette production a été diffusée sur FR3 puis sur M6.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Des intrigues palpitantes, un grand sens du merveilleux, des décors somptueux et historiquement justes : autant de raisons de rencontrer l’auteur des aventures d’Alix Jacques Martin et son collaborateur Rafael Morales, à l’occasion de la publication de Ô Alexandrie. Après une éclipse de huit ans, c’était le vingtième album d’un héros né en 1948 à paraître chez Casterman. En parallèle, sortaient deux volumes des Voyages d’Alix chez le même éditeur.

÷

Alix et EnakPauvre Alix, pauvre Enak ! Une fois de plus, les héros d’une des plus célèbres bandes dessinées franco-belges se retrouvent poursuivis par de sombres et fourbes ennemis. Heureusement pour eux, la belle Cléopâtre leur viendra en aide… Ô Alexandrie, la nouvelle aventure d’Alix est sortie en même temps que la reprise des aventures de Blake et Mortimer, laquelle a amplifié un regain d’intérêt certain pour une BD fidèle à l’esprit des créateurs de Tintin, Spirou et Astérix.

(suite…)

Read Full Post »

Reportage. La bande dessinée est omniprésente à Bruxelles, qui rend hommage au 9e Art de différentes façons. À travers des musées, mais aussi par le biais de fresques réalisées à l’initiative des pouvoirs publics. Les fans de B.D. trouvent aussi leur bonheur dans des boutiques spécialisées et même dans des bars-restaurants décorés d’albums ou de dessins. La ville natale de Hergé et Tintin sait honorer ses grands hommes !

÷

Une cinquantaine de fresques orne les murs de la ville, en grande partie dans le centre historique. Suivre ce parcours est un excellent moyen de découvrir les diverses facettes de BruxeBlake et Mortimerlles, à pied – et avec les transports en commun pour les œuvres les plus éloignées du centre – ou à vélo. Ces fresques ont été réalisées avec le concours des artistes, à l’exception de quelques-unes qui ont été conçues après le décès des dessinateurs, comme celles qui représentent des personnages de Hergé (Tintin, Quick et Flupke).
La plupart d’entre elles ont été pensées en fonction du lieu où elles se trouvent. Ainsi, Ric Hochet (Tibet) s’apprête-t-il à sauver sa dulcinée rue du Bon Secours, ou Olivier Rameau (Dany) provoque-t-il un feu d’artifice en touchant la main de sa chère Colombe sur l’un des murs d’un bâtiment d’une entreprise de pyrotechnie.

(suite…)

Read Full Post »

Pieter De Poortere 25 years of Comics Art Museum 2014Reportage. Chaque année, plus de 200 000 personnes se rendent en pèlerinage dans un temple situé au cœur de Bruxelles, le Centre belge de la bande dessinée (CBBD). Inauguré voilà un quart de siècle dans un beau bâtiment Art nouveau, c’est à la fois un musée-galerie conçu pour tous les publics, un lieu de rencontre pour les professionnels et une bédéthèque, dont les collections sont considérables.

÷

CBBD - Photo Michel DoussotLe CBBD est né en 1989 au moment où la bande dessinée était enfin considérée comme un art à part entière. Le temps était venu de créer un lieu qui lui soit dédié dans l’une des capitales qui l’avait vu se développer à un très haut niveau. C’est à Bruxelles, ainsi que dans la ville proche de Marcinelle-Charleroi, qu’ont grandi Tintin, Spirou, Blake et Mortimer, Lucky Luke, les Schtroumpfs ou encore Le Chat, pour ne parler que des plus connus, sous l’égide de maisons dont l’évocation du nom fait briller les yeux des bédéphiles : éditions du Lombard, Casterman, Dupuis…

(suite…)

Read Full Post »

CORTO MALTESEDossier. Dans ces pages : la vie de Hugo Pratt et celle de son mythique personnage, plus une sélection de propos et dessins. Article rédigé à l’occasion de la diffusion du film Les Treize vies de Corto Maltese sur Arte.

÷

« Peut-être qu’en ce moment je rêve et que ma mort sera en fait un réveil, je quitterai ce rêve où je suis Hugo Pratt et je me retrouverai employé du cadastre à Linz », déclarait Hugo Pratt à son exégète Dominique Petitfaux. Il paraît qu’est mort, en 1995 à Lausanne, ce monstre sacré de la bande dessinée. Déjà en 1936, on avait annoncé la disparition de Corto Maltese, ce marin dont Pratt a raconté les aventures. On sait que Corto a participé à la guerre d’Espagne et puis plus rien. Très habilement le film de Jean-Claude Lubtchansky entremêle les biographies de Hugo et de Corto, nous proposant une masse de dessins et d’images d’archives qui restitue le rêve éveillé d’un auteur qui avouait, avant sa disparition : « Ma vie a été très riche, et je suis plein d’émotions, de beauté, de bonheur, de félicité. »

(suite…)

Read Full Post »

WILLEM « Partout » (Cornélius)Critique de livre. C’est fou ce qu’un dessinateur peut faire avec un feutre noir… Les gens du métier et les connaisseurs le savent bien, mais quand on n’est pas de la partie, on ne peut que rester baba devant des dessins d’une telle qualité. Encore faut-il avoir l’œil pour saisir l’instant décisif comme disait le grand photographe Cartier-Bresson. Willem a ce talent. Les lecteurs de Charlie Hebdo et Libération apprécient ses dessins d’actualité aussi drôles que grinçants qui prennent pour cibles les puissants du monde. Dans cet ouvrage, son trait reste le même mais les personnages qu’il croque n’en sortent pas caricaturés à l’extrême. Ce sont des gens comme les autres dont il a croisé la route au cours de ses nombreux voyages qui font l’objet de ce que l’on pourrait nommer des caricatures réalistes.

(suite…)

Read Full Post »

LE CHAT BOTTÉ 11Critique de film. Quand le marquis de Carabas devient Karabassoff et qu’un auteur de film d’animation russe multiplie de savoureux anachronismes…

÷

La caméra balaye un paysage russe, détrempé et sinistre. Il ne s’agit pas du début d’un film de Tarkovski mais du Chat botté revu et franchement corrigé par Garri Bardine. Producteur, auteur et réalisateur de son film, il est aussi le talentueux sculpteur de ses personnages. Les fils du meunier décédé, imaginés par Charles Perrault au début de son conte Le Maître chat ou le chat botté, deviennent ici les frères Karabassoff. Ce sont trois clochards alcooliques qui, eux, n’ont rien obtenu en héritage. Ils se contentent d’attendre l’aide humanitaire que largue un avion américain.

(suite…)

Read Full Post »

Napoleon rulesCritique de film. Un dessin animé au contenu clairement politique, voilà qui n’est pas courant. Adaptation d’un court roman de George Orwell sortie en 1954, La Ferme des animaux de John Halas et Joy Batchelor a conservé son charme et sa pertinence.

÷

L’histoire

Non, décidément, rien ne va plus à la ferme. Les animaux en ont assez du bipède qui les dirige. Un soir, le Major, un vieux cochon, réunit l’ensemble des animaux de la ferme avant de mourir : « Tout ce que nous produisons nous est enlevé. Renversez le tyran ! Tous les animaux sont frères ! » À l’aube, ils font fuir le fermier. Tous travaillent maintenant avec ardeur, mais les plans de leur leader, le cochon Boule de suif, sont contrecarrés. Accusé de trahison, il est mis en fuite par César, autre cochon qui se fait craindre par sa garde constituée de chiens méchants. De saison en saison, le pouvoir de César devient excessif. Sa devise : « Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres. » Comment les citoyens de la ferme vont-ils réagir ?

(suite…)

Read Full Post »

mine_de_rien_1Interview. « Mine, mine, mine, mine de rien… » : chaque épisode de Mine de rien débute par cette joyeuse comptine que petits et grands mémorisent immédiatement. « Donner de bonnes habitudes de vie aux tout-petits » est le credo avancé par les créateurs de cette charmante série de dessins animés, parmi lesquels figure Catherine Dolto-Tolitch.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Albert Barillé a passionné plusieurs générations de jeunes téléspectateurs avec ses séries de dessins animés de vulgarisation scientifique intitulées Il était une fois… La dernière en date est consacrée aux découvreurs.

÷

Revendiquant fièrement son humanisme, Albert Barillé est l’un des derniers représentants d’une génération de créateurs audiovisuels pour qui l’essentiel est de combattre par tous les moyens l’inculture de ses concitoyens. Lui a définitivement choisi d’éclairer le chemin des petits Hommes à la lumière des sciences et du dessin animé réunis. « Un soir, un jeune livreur vient chez moi. Il me demande si je suis bien celui qui a créé la série Il était une fois… L’Homme. Je lui réponds oui et il me dit : « Vous avez changé ma vie car ce dessin animé m’a donné la passion des études. » Quand vous entendez cela, vous savez que vous n’avez pas crié dans le désert. » L’allure un rien vieille France, Albert Barillé aime à raconter ce type d’anecdote. Des témoignages d’estime qui font oublier les avanies d’une vie de créateur quasi-solitaire : « Je suis un artisan, présent à tous les stades de la production, de A à Z. Je ne fais rien d’autre. »

(suite…)

Read Full Post »

Philippe KaterineInterview. Pour « ne pas tourner en rond comme un hamster », Philippe Katerine cherche à se surprendre en permanence, ce qui lui permet de retrouver cette fraîcheur d’esprit sans laquelle il dépérirait. Quand il ne chante pas, il joue la comédie ou prend ses crayons. Le fantasque créateur de « Louxor j’adore » et « Complètement VIP » nous convie à sa première exposition, laquelle est intitulée Comme un ananas. C’est joyeux et intriguant, comme ses chansons…

÷

Comment définir votre exposition ?

Elle exprime tous les sentiments que je peux ressentir, de l’angoisse à l’euphorie. C’est un parcours de dessins et de sculptures à vivre dont on sort avec des interrogations, du moins je l’espère. On peut s’y perdre, c’est fait exprès.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. S’étant complètement émancipé, Manu Chao a les moyens de faire exactement ce qui lui plaît. Tous les artistes qui possèdent cette chance n’en profitent pas. Mystère… Chao lui si. Après des années de vadrouille, le vagabond latino-parigot a passé un hiver dans sa ville natale, le temps d’enregistrer une flopée de nouvelles chansons. À son rythme, comme il les entendait et en cherchant à les présenter d’une manière inédite. Il en résulte un disque accompagné d’un livre signé avec le graphiste Woźniak. Les dites chansons rappellent celles des deux précédents albums studio de Chao, mais également certaines autres datant de l’époque de la Mano Negra. Dans les années 1980, nombre de groupes « alternatifs » ne rechignaient pas à pratiquer une sorte de rock musette. C’était souvent l’occasion de chanter Paris, ce qui est justement le sujet de cet album. Pas le Paris des rupins, bien sûr, mais celui des faubourgs, là où ça fait parfois froid dans le dos et souvent chaud au cœur.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Julien Lourau nous offre ce soir une séance de Superman Ciné-mix ! Autrement dit, avec l’aide du VJ (video jockey) Fred Ladoué, le saxophoniste propose un montage de scènes extraites de cartoons mettant le super héros en vedette autour duquel il a imaginé une « bande originale » de son cru. À ses côtés figurent également Jeff Sharel aux samples et DJ Oil aux platines.

÷

Qu’est ce que cela peut bien être qu’un Superman Ciné-mix ?
Une première version a été créée à l’occasion d’une Nuit blanche dans la cour du musée d’Art et d’histoire du Judaïsme, lequel avait récupéré des dessins animés et voulait en faire quelque chose d’original. Les films étaient projetés sur les murs et le groupe se trouvait au milieu. À la Cité de la Musique, ce sera différent. Nous serons sur scène et les images vont jaillir sur différents supports. Des effets spéciaux habituellement employés par des illusionnistes nous feront apparaître et disparaître à la manière de super héros ! La matière sonore des cartoons va également être travaillée par Jeff Sharel et DJ Oil. Au cours de la soirée, il y aura des séquences bien calées et d’autres qui partiront en freestyle. Au fond, c’est comme ça que l’on procède depuis toujours dans le jazz…

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Un nouvel album de Crumb ? Oui, mais pas de bandes dessinées. Le fameux créateur de Fritz the Cat n’est pas que graphiste. C’est aussi un collectionneur compulsif de 78 tours – doublé d’un musicien, joueur de banjo, notamment au sein des Primitifs du Futur : mais ceci est une autre histoire. Avec cet album, il nous fait un cadeau exceptionnel : vingt-quatre enregistrements de chanteuses extraits de sa prodigieuse collection. Toutes sont originaires de pays chauds, d’où le titre choisi pour son anthologie – lequel est aussi un clin d’œil aux personnages que Crumb dessine depuis plusieurs décennies, au grand plaisir des amateurs de formes féminines rebondies. Le disque démarre en Louisiane et se conclut à Tahiti. Entre ces deux étapes, suivant un parcours géographiquement cohérent, on passe en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Europe méditerranéenne, au Maghreb, en Afrique centrale, à Madagascar et en Asie ! Bien que l’on saute évidemment d’un style musical à l’autre, le choix effectué donne l’impression d’entendre un ensemble unique de vocalistes dont le répertoire serait très large. Voilà un authentique disque de musique – sans « s » – du monde.

(suite…)

Read Full Post »

musee-herge

Damned ! Par Toutatis ! By Jove ! M’enfin… Blueberry, Astérix, Blake et Mortimer, ainsi que Gaston Lagaffe n’en reviennent pas. Un grand musée de la bande dessinée ouvre en effet ses portes à Angoulême le 20 juin 2009. Je dirais même plus, ajoute Dupond, à moins qu’il ne s’agisse de Dupont : à Louvain-la-Neuve, un musée Hergé a été inauguré le 2 juin. Ces deux lieux imposants symbolisent l’importance qu’a prise le 9e Art dans le monde culturel. Il est fini le temps où l’on considérait les amateurs de « petits mickeys » comme des demeurés. Mais voici que Tintin nous fait signe : allez, en route pour l’aventure, destination le Poitou et la Belgique !

(suite…)

Read Full Post »

Lascaux 2Reportage. On célèbre en 2010 les 70 ans de la découverte de la grotte de Lascaux dans la vallée de la Vézère, un des joyaux de la Dordogne. Des sites préhistoriques à foison, une nature généreuse agrémentée de châteaux, de villages et de restaurants remarquables… Bienvenue dans le royaume de l’homme de Cro-Magnon !

÷

La vallée de la Vézère et ses trésors

Cette petite vallée fait partie du Périgord noir, lequel est situé au sud-est de la Dordogne – sa capitale est Sarlat. Elle est exceptionnelle : on y trouve vingt-cinq sites préhistoriques majeurs, dont quinze sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Beaucoup se visitent. Comme les distances les séparant sont courtes, vous ne perdez pas trop de temps en transport. Cela dit, circuler dans la vallée n’est en rien un calvaire !

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Ça chante en italien, mais ce n’est pas de la romance rauque, ni de la ballade pour crooner jazzy. C’est du rock, mais sans violence ni emphase. Ma ! Que stravaganza ! Fabio Viscogliosi ne fait pas les choses comme tout le monde. On a d’ailleurs déjà du lui dire cela au cours de sa carrière de dessinateur de BD, son premier métier, durant laquelle il s’est illustré de façon singulière (L’Œil du chat, Le Pacha). Habitué à travailler seul, l’artiste joue de quasiment tous les instruments et fait toutes les voix sur ce premier volume de chansons lumineuses. Sa manière de faire et son inspiration le situent dans la belle lignée des mélodistes minimalistes du, ou venant du, rock (Robert Wyatt, Jonathan Richman, Pascal Comelade, The Cure à ses débuts, etc.) – avant de se lancer, Fabio Viscogliosi s’est acoquiné avec Yann Tiersen et The Married Monk.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de livre. Une meute de chiens effrayants traverse de paisibles rues, bousculant tout sur leur passage… C’est par ces images que débute Valse avec Bachir, film d’animation d’Ari Folman qui a connu un très beau succès lors de sa sortie en 2008. Un an plus tard, il poursuit sa carrière sous la forme d’un DVD (Éditions Montparnasse) et d’un album de bandes dessinées. Conçu à partir des images du film, sous la supervision du réalisateur et de son directeur artistique David Polonsky, cet album offre un point de vue différent sur une œuvre inoubliable. La meute de chiens symbolise le flot de souvenirs qui vont assaillir Ari, vétéran israélien de la guerre du Liban, durant l’enquête qu’il mène sur son passé auprès de ses anciens camarades.

(suite…)

Read Full Post »

CABU « Cabu et Paris » (Hoëbeke)Critique de livre. Il est aiguisé l’œil de Cabu. Ses dessins sur Paris sont parfois saignants : les boucheries qui se transforment en boutiques de tatoueurs, cela ne lui a pas échappé. De même que les subterfuges de la technique du « façadisme » qui permet de conserver le devant d’un immeuble après avoir démoli l’intérieur de ce dernier. Vision très personnelle de ce qu’est la capitale française dans les années 2000, cet album est un chant d’amour vache destiné tout autant aux Parisiens qu’aux visiteurs. Cela fait longtemps que Cabu parcourt les rues de la ville, un carnet de croquis dans sa besace.

(suite…)

Read Full Post »

Ouvre ton cœur à l’amour.
Ouvre ta fenêtre au jour.
Laisse entrer chez toi le gai soleil et dis,
Ah dis, ah dis, ah dis : Ah Bon-jour !
Cueille la fleur, la plus belle.
Chante une chanson nouvelle
Et va-t’en courir sur les chemins
Qui sont de la nature les lignes de la main.

Prends un bain dans la rivière.
Sèche-toi dans la clairière
Et n’assieds pas ton derrière
Sur les orties familières…
Dis-toi que le temps est court,
Qu’il faut penser à l’amour.
Ouvre ton cœur et ta fenêtre au jour
Et dis : Ah dis, ah dis, ah dis : Ah Bon-jour !

(Charles Trenet)

Interview. Les carnets de voyage sont à la mode, mais Cabu n’a pas attendu cette dernière pour croquer tout ce qu’il voit au cours de ses déplacements à l’étranger et… dans sa propre ville, Paris. Immense dessinateur de presse (Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo) et de bandes dessinées (Le Grand Duduche, Mon beauf), Cabu fait l’objet – à l’Hôtel de Ville de Paris, s’il vous plait ! – d’une grande exposition consacrée à sa vision de la capitale. Cabu et Paris est son titre, le même que celui d’un livre qui rassemble les dessins montrés.

÷

« J’essaie de choper ce qui fait que Paris ne ressemble pas à une autre ville »

cabuÀ quel genre appartiennent vos dessins sur Paris ?

C’est du reportage. À ma façon, c’est-à-dire à la fois critique et tendre. J’essaie de choper ce qui fait que Paris ne ressemble pas à une autre ville, de montrer l’envers du décor. Je pense à ces hommes qui se déguisent en statue égyptienne du côté du Louvre. Un jour, j’ai constaté qu’ils étaient plusieurs à se succéder sous le costume. Une vraie relève de la garde !

(suite…)

Read Full Post »

Événement. Hergé, le créateur de Tintin, aurait eu 100 ans en cette année 2007. À travers la planète, de nombreux événements et expositions célèbrent le reporter routard le plus célèbre de la BD. Préparez vos valises, de nombreuses manifestations « tintinressantes » rendent hommage au compagnon du capitaine Haddock, de Québec à Barcelone, en passant par Paris… et la Belgique, bien sûr !

(suite…)

Read Full Post »

Avec Les Trois brigands, Jean de la Lune ou Le Géant de Zéralda, Tomi Ungerer est devenu un auteur classique de la littérature pour enfants. Mais pas que cela. Une soirée d’Arte dresse un portrait complet de ce graphiste singulier.

÷

Dans une petite boite qui ne le quitte jamais, Tomi Ungerer a rangé un miroir : « Au cas où je serais dans la jungle, pour faire des signaux aux avions et hélicoptères qui seraient à ma recherche. » Dans la boite encore : un fil Tomi Ungererconducteur (« La vie est un labyrinthe »), des allumettes, une rosette de commandeur des Arts et lettres, etc. De quoi faire face à n’importe quelle situation pour un dessinateur, sculpteur et écrivain vraiment pas comme les autres. Fort d’une amitié ancienne, le réalisateur allemand Percy Adlon (Bagdad Café) s’est rendu en Irlande, dans l’antre de Tomi Ungerer. Découpé en six séquences, son portrait de L’Homme sur son île nous invite à la délicieuse découverte d’un univers fantasmatique. Sur la lande, Tomi chantonne, joue à suivre son ombre. Dans son atelier, il montre comment on transforme une passoire en tête de grenouille, ou une carcasse de coq en masque africain : « C’est tout simple, il suffit de l’imaginer. » À croire que Tomi Ungerer n’a jamais voulu devenir véritablement adulte.

(suite…)

Read Full Post »