Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Asie centrale’

benaresDossier. Quels sont les sites à ne pas manquer en Asie ? De l’Ouzbékistan aux Philippines et du Sri Lanka au Japon, voici notre sélection de 100 sites incontournables du continent le plus peuplé du monde. Le Taj Mahal, l’Everest, les îles de la mer d’Andaman, la Grande Muraille, le mont Fuji ou le désert de Gobi… C’est parti !

(suite…)

Read Full Post »

James Bond SpectreDossier. James Bond est sans doute l’agent secret le plus célèbre au monde, aussi bien grâce aux romans dont il est le personnage principal qu’à la série de films qui en sont des adaptations. Le 24e sort le 11 novembre 2015 sur tous les écrans du globe sous le titre SPECTRE. C’est l’occasion de partir sur les traces de ce James qui fait des bonds tout autour de la planète depuis 1962.

Des romans et des films au succès jamais démenti

James Bond est né dans les années 1920 dans un lieu qui reste incertain. On sait cependant qu’il est le fils d’Andrew Bond, originaire de Glen Coe (www.discoverglencoe.scot) en Écosse, et de Monique Delacroix, de Bottens (www.bottens.ch) en Suisse. Tous deux sont morts en pratiquant l’alpinisme en France, dans le massif des Aiguilles Rouges. L’orphelin suit une scolarité heurtée avant de s’engager dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y acquiert le grade de commander. Entré dans les services secrets du MI6, on lui accorde le matricule 007 en tant qu’agent autorisé à tuer.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Désert, steppes, montagnes… L’environnement dans lequel vivent les Mongols ne fait pas dans la demi-mesure. Leurs chants et musiques « collent » parfaitement aux paysages dans lesquels ils sont nés et où ils évoluent sans cesse (la moitié de la population est nomade). Ce disque, qui MUSIQUES DE MONGOLIE (Buda)propose un survol des traditions en vigueur dans la Mongolie d’aujourd’hui, est très bien organisé. Il débute par des chants épiques, dont une prenante ode à Gengis Khan. Ils sont principalement accompagnés d’un morin xuur (vièle à deux cordes) et d’un tobsuur (petit luth). Les chanteurs glissent aisément du rauque à l’aigu, laissant échapper d’étranges sonorités doubles. Ils emploient la technique xöömij qui permet de produire des sons diphoniques. Autrement dit, le vocaliste chante et « siffle » en même temps. L’effet est saisissant. Cet aspect de l’art vocal mongol est également répandu chez des peuples voisins, notamment ceux qui sont implantés au Sud de la Sibérie.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. C’est un peu comme si l’on écoutait de la musique sur le dos d’un chameau… Le shash-maqâm, c’est la version ouzbek et tadjik d’un ensemble de pièces musicales dont les racines se trouvent dans les mondes arabe, turc et persan. C’est un art qui demande à ses interprètes d’être initiés, mais qui reste ouvert dans certaines limites à l’improvisation – comme il en est du raga indien. Pratiquée à la cour de l’émir de Boukhara, cette musique savante fit l’objet de tentatives de folklorisation quand elle ne fut pas carrément rejetée par les autorités soviétiques en raison de ses « origines féodales ». Aujourd’hui, elle est donnée à l’occasion de banquets offerts lors de cérémonies et de fêtes telles que circoncisions, mariages, ou enterrements. Les musiciens et chanteuses réunis par le luthiste Adurahim Hamidov pour cet enregistrement effectué à Tachkent interprètent des extraits du shash-maqâm de Boukhara, ensemble de six (shash) cycles d’instrumentaux et de chants. C’est fait de luth, de violon et de tambour, les parties vocales étant assurées par Nâdira Pirmatova et Mariam Sattarova. Tour à tour méditative et enflammée, le maqâm demande à ce que son auditeur soit disposé à le suive dans ses circonvolutions mélodiques et rythmiques. Ce n’est pas si compliqué que cela, dans la mesure où l’on est vite subjugué par cette musique qui s’élève dans les airs et semble ne jamais retomber. Normal : on y chante l’amour dans ce qu’il a de plus pur et de plus noble.

Michel Doussot

Mis en ligne en 2004 sur routard.com

Read Full Post »

Critique de film. Depuis 1981, Christophe de Ponfilly retourne régulièrement en Afghanistan, pays en guerre dont « tout le monde se fout, ou presque. » C’est du moins ce qu’il affirme au début de Massoud l’Afghan, un drôle de film qu’il faut voir pour sa singularité.

Massoud l’AfghanC’est un récit à la première personne auquel il se livre, en images et en mots. L’auteur ne cache pas son engagement « partisan ». Portrait d’un pur héros, son film réclame la confiance de ses spectateurs. Par exemple, si l’on en croit le réalisateur, Massoud le chef de guerre n’est pas un homme à la recherche du pouvoir politique. Selon l’auteur, il y aurait renoncé en 1992, lorsqu’il prit Kaboul avec ses moudjahidin – la référence à Guevara ou à Makhno vient à l’esprit. Pourtant, loin de jouer contre son sujet, cette fascination est communicative. Elle donne envie d’en savoir encore plus sur l’homme, ses compagnons et son combat – hier contre les Soviétiques, aujourd’hui face aux talibans.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Reliant l’Europe à l’Extrême-Orient, elle fait seize mille kilomètres et a été ouverte voilà deux mille ans. La route de la soie a longtemps permis d’acheminer d’est en ouest de précieuses étoffes, ainsi que d’innombrables autres trésors. Le label Accords croisés a eu la bonne idée de réunir dans ce double cd en forme de livre, quelques très belles pièces musicales issues des répertoires traditionnels provenant de toutes les régions traversées par les marchands d’antan. Pour cela, Martina A. Catella et Henri Lecomte, ses maîtres d’œuvre, se sont plongés dans les nombreux enregistrements édités par des labels spécialisés et ont puisé dans des archives inédites. Le « trajet » proposé nous fait aller du Japon à la Grèce, en passant notamment par la Chine, la Mongolie, l’Inde, le Pakistan, l’Asie centrale, l’Iran, l’Irak et la Turquie. C’est dire si l’on voyage !

(suite…)

Read Full Post »

Route 66Dossier.  Récentes ou anciennes, délaissées ou très vivantes, certaines routes ont la cote parce qu’elles répondent ou ont répondu à des besoins essentiels de l’homme, cet animal nomade. Pour commercer, trouver fortune, accomplir un acte de foi, ou pour tout simplement voir du pays, partout dans le monde, des voies importantes ont été tracées. Ce dossier en présente quelques-unes parmi les plus fameuses, de la Route 66 à la route de la Soie.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »