Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Blues’

Dossier. Espaces où se concentrent et se brassent des populations venues de divers horizons, les villes sont des lieux propices à l’émergence de formes musicales originales. Issues de cultures locales, nourries d’influences extérieures, modernisées ou respectueuses de la tradition, elles sont devenues des emblèmes de ces cités, voire d’un pays tout entier. Les découvrir au cours d’un séjour fait partie des bonheurs que l’on peut s’offrir lors de ses voyages. Nous vous invitons dans ce dossier à suivre de belles partitions à travers le monde.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Chanteur britannique à la voix de crooner énergique, le Parisien Hugh Coltman s’est jeté dans le bain revigorant de New Orleans pour élaborer une nouvelle série de chansons pleine de punch et de délicatesse qui mélange blues, jazz et folk. C’est immédiatement séduisant comme vous le constaterez en vous rendant au Bataclan ce soir.

÷

Votre album précédent, consacré au répertoire de Nat King Cole, a obtenu un beau succès…

Ce qui a incité un certain nombre de gens autour de moi à me conseiller de ne pas trop m’éloigner de ce registre. Mais j’avais envie de reprendre l’écriture de chansons. Alors je m’y suis mis… mais rien ne venait. Quand j’ai écouté C.W. Stoneking, un Australien qui fait du blues avec des couleurs calypso, ce qui est une démarche originale, cela a été un déclic qui m’a permis de trouver ma propre voie, laquelle allait passer par New Orleans…

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Fameuse chanteuse de jazz, Dee Dee Bridgewater fait un pas de côté en se dirigeant vers Memphis (Tennessee) où ont été façonnés de grands chefs-d’œuvre du blues et de la soul. Native de cette ville ô combien musicale, elle s’y est rendue pour enregistrer un florilège de chansons des années 1960 et 1970 appartenant à ces genres qui ont bercé son enfance et son adolescence. Elle les interprète avec un naturel confondant.

÷

C’est la première fois que vous vous consacrez résolument au blues et à la soul…

J’ai eu envie de m’amuser après avoir connu une période difficile. J’avais besoin de légèreté et de simplicité. Je me suis fait un cadeau, d’autant plus que pendant longtemps, je n’ai pas pu chanter de blues car ma mère m’avait fait promettre de ne pas le faire. Chez les gens de sa génération, c’était une musique considérée comme diabolique…

(suite…)

Read Full Post »

LisaSimone3©AlexandreLacombe_bassdef.jpgInterview. Lisa Simone est parvenue à se faire un prénom, ce qui n’était pas forcément gagné d’avance ! La fille de Nina Simone a parcouru le monde, enfant puis adulte, notamment en s’engageant dans l’armée états-unienne. Elle a fait partie de groupes et chanté dans des comédies musicales avant de construire une carrière solo depuis la France. Les chansons soul blues et jazz teintées de gospel de cette artiste à la voix chaude forment un univers intime dans lequel on se sent le bienvenu. Le concert qu’elle donne aujourd’hui en plein air en donne un florilège, auquel elle ajoute des titres chantés par sa mère.

÷

Dans quelle mesure la carrière de votre mère vous a influencée dans votre décision de chanter ?

La voix de ma mère et la musique étant les premières choses que j’ai entendues, il y a donc quelque chose de naturel pour moi dans le fait de chanter. Quand je regarde en arrière, je réalise que je ne porte pas seulement l’héritage familial, je fais ce pour quoi je suis destinée. La musique et la scène coulent dans mes veines.

(suite…)

Read Full Post »

natalia-m-kingInterview. Pour son nouveau projet, la guitariste américaine Natalia M. King chante le blues à la manière jazz, dans un style qu’elle nomme blazz. Exprimant diverses émotions, sa superbe voix vous prend le cœur et le fait palpiter.

÷

Ce que vous chantez actuellement est à la fois profondément blues et profondément jazz…

J’essaie de créer une forme de relation intime entre ces deux musiques cousines, en prenant garde de ne pas aller trop d’un côté ou de l’autre. J’appelle blazz ce qui résulte de cette démarche.

(suite…)

Read Full Post »

Son of Dave 2Interview. Le blues de cet électron libre est formidablement énergétique. Seul en scène, ce musicien canadien de Londres fait des prodiges. Son of Dave chante, joue de l’harmonica, assure ses propres percussions, notamment avec sa bouche, et génère des effets avec des machines à pédale ! Il nous offre ce soir une série d’Explosive Hits en tout genre qu’il métamorphose joyeusement : « Black Betty », « Lust for Life », « Soul Finger », « Tequila »…

Comment en êtes-vous venu à jouer seul ?

Au départ, cela a été une question de survie. Au début des années 2000, j’en ai eu assez du show business, de présenter en vain des maquettes de bureau en bureau… Alors, je suis allé jouer dans la rue ce que j’avais exactement envie de faire. Et j’ai eu le bonheur de voir que cela plaisait aux gens.

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

Yom-photo-Framboise-EstebanInterview. Du klezmer blues, folk ou blue grass : c’est ainsi que l’on peut définir le genre hybride que le clarinettiste Guillaume Humery, dit Yom, invente à travers son projet Songs for the Old Man. Ce dernier est une évocation des jeunes années de son père, lequel fut adopté par un médecin états-unien. Son quintette fait la part belle aux guitares de toute sorte pour que se mélange à merveille les cultures Far East et Far West !

÷

Qu’est-ce que la musique klezmer ?

C’est la musique traditionnelle des juifs d’Europe centrale et orientale. Destinée à être jouée durant les mariages par des artistes itinérants, elle est instrumentale, la clarinette faisant office de vocaliste. Elle est extrêmement communicative, il est difficile de ne pas être touché quand on en écoute.

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

(suite…)

Read Full Post »

Rubriques  « Jazz/Blues » et « Classique » (mai et juin 2013), pages « Fêtes et festivals » et « Spots de l’été » (juin 2013).

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Fille du Mississippi, Cassandra Wilson est revenue dans son État natal pour y retrouver ses racines – elle a vu le jour à Jackson. Cette nouvelle étape marque un tournant passionnant, un de plus, dans le parcours très personnel d’une artiste inclassable, qui débuta CASSANDRA WILSON « Belly of the sun »dans les années 1980 au sein d’un collectif jazz new-yorkais, plutôt rebelle, nommé M’Base – chez ces amateurs de hip hop, on trouvait notamment le saxophoniste Steve Coleman. Voici donc la belle chanteuse sous l’emprise de l’esprit blues du Delta, sur un disque enregistré dans la gare désaffectée de Clarksdale durant le mois d’août 2001 – ce qui signifie : dans cette chaude moiteur qui vous oblige à aller à l’essentiel -, après avoir vadrouillé dans la région afin de trouver le lieu adéquat.

(suite…)

Read Full Post »

Rubriques  « Jazz/Blues » et « Classique » des numéros de février, mars, avril 2013.

(suite…)

Read Full Post »

Rubriques  Jazz/Blues et Classique des numéros de novembre et décembre 2012.

Pages Spectacles de fin d’année, décembre 2012.

(suite…)

Read Full Post »

Rubriques  Jazz/Blues et Classique des numéros de juillet, septembre et octobre 2012.

(suite…)

Read Full Post »

Rubriques  Jazz/Blues et Classique des numéros de mai et juin 2012.

Pages événements du printemps (mai 2012) et de l’été (juin 2012).

Dossiers Paris capitale du cinéma (mai 2012) et Nouveaux bals parisiens (juin 2012).

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Il a le blues en lui mais il est loin d’être mélancolique ! En trente ans d’activité, cet harmoniciste s’est acquis un public fidèle qui apprécie l’excellence de son jeu et la sincérité de son amour pour les cultures afro-américaines du sud des États-Unis. En concert ou à la radio, sur TSF, chacune de ses prestations est une fête de la musique.

÷

JEAN-JACQUES MILTEAUVous vous produisez très souvent avec des vocalistes originaires des États-Unis comme, ce soir, Demi Evans…

Quand il s’agit de chanter, je fais appel à des voix authentiques parce qu’il y a en elles une sonorité et une crédibilité particulières. Le blues est une culture orale, c’est la voix qui porte le message. Cette tradition musicale est un héritage qui fait partie du patrimoine mondial et chacun peut le valoriser en l’adaptant à sa façon. Ce que nous sommes un certain nombre à faire en France. Mais, néanmoins, je crois quand même que nous ne serons jamais des bluesmen. Le blues est une musique qui est née dans la souffrance. En comparaison, nous n’avons pas beaucoup souffert.

(suite…)

Read Full Post »

Liste des critiques de disques publiées sur ce blog.

Avec liens.

Classées de A à Z .

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Hallelujah ! La diva américaine du gospel revient enthousiasmer ses fidèles admirateurs parisiens durant trois soirées. Celles-ci s’inscrivent dans une tournée qui la voit triompher partout où elle monte sur scène. Si vous n’avez jamais assisté à l’un de ses récitals, c’est le moment de découvrir sa voix puissante et expressive.

÷

liz mccombVous souvenez-vous de la première fois que vous avez chanté en public ?
Cela fait partie de mes premiers souvenirs en fait. J’avais 3 ans, c’était dans l’église pentecôtiste de ma maman, à Cleveland. J’étais comme une marionnette, je l’imitais en tout ! Les choses sérieuses ont commencé deux ans plus tard. Mes sœurs avaient été prises dans un chœur, mais pas moi, ce qui me rendait triste. Pour me consoler, ma mère m’a dit : « Ne t’en fais pas, Dieu va s’en occuper. » Un jour, elles ne sont pas venues à une répétition. Comme j’étais là, j’ai enfin pu montrer ce que je savais faire et le chef de chœur m’a enrôlée. Depuis, je n’ai jamais arrêté de chanter.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Little Axe est une bande de francs-tireurs, de ceux que l’on retrouve toujours aux avant-postes quand il s’agit d’ouvrir de nouvelles voies. En l’occurrence, ils caracolent en terres reggae, portant bien haut les couleurs du blues. À la tête du bataillon se trouve le guitariste américain Skip McDonald. Ancien membre du Sugarhill Gang – celui-là même qui propulsa le rap dans la sono mondiale à la veille des années 1980 avec le premier tube du genre, « Rapper’s Delight », ainsi que « The Message » de Grand Master Flash -, il a depuis mené une carrière de mercenaire, sans jamais oublier ses propres rêves de conquête. On l’a notamment retrouvé au côté de Bim Sherman, chanteur jamaïquain qui a donné un des disques les plus étonnants de l’histoire du reggae – où la batterie est remplacée par des tablas ! -, le bien nommé Miracle. Ce disque a paru sur le label On-U-Sound du Britannique Adrian Sherwood, lequel coproduit Champagne & Grits. Constitué de chansons belles et profondes, c’est le troisième album à paraître sous la bannière de Little Axe, collectif épisodique formé en 1994, dans la continuation de Tackhead, groupe précurseur en matière de mélange des genres.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Avec humilité, Jean-Jacques Milteau dit ne pas être un bluesman. Il a raison, en ce sens que sa personnalité ne possède pas les caractéristiques sociologiques et culturelles d’un Robert Johnson ou d’un John Lee Hooker, deux figures centrales de la musique des descendants d’esclaves africains. Mais il a également tort, dans la mesure où l’amour sincère qu’il porte au blues, sa bonne connaissance de la part afro de la culture états-unienne, ainsi que l’expérience qu’il a acquise durant des années, font que son harmonica sonne juste dans le registre qu’il a choisi. Celui-ci est blues et soul… Et aussi un peu parigot.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Qui mieux que Dr. John peut exprimer l’esprit de La Nouvelle Orléans, capitale culturelle d’un État américain atypique ? Dans ce disque, il opère une synthèse de tous les genres qui y ont trouvé un berceau accueillant : jazz, blues, rock’n’roll, soul, funk – toutes ces spécialités dans lesquelles excelle le bon docteur John Rebennack Jr. Assis face à son piano boogie, il nous prescrit de sa voix rocailleuse une succession de remèdes toniques en forme de chansons.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Le fameux guitariste et chanteur de Niafunké sait se faire désirer. Depuis plusieurs années, Ali Farka Touré déclare ne vouloir se consacrer qu’à son activité d’agriculteur et avoir pris sa retraite de musicien. On a du mal à le croire. D’ailleurs, il donne ici ou là quelques rares concerts auxquels se précipitent les amateurs de vraie musique. En attendant, inch Allah, un nouvel enregistrement, voici deux anciens albums réédités en cd. Initialement sortis sans titre, ils ont pris le nom de la couleur dominante de leur pochette. L’un était rouge, l’autre vert, d’où l’intitulé de cette publication. Red date de 1979 et Green de 1988. Ces deux collections de blues rural africain se situent à la mi-temps d’une carrière qui fit passer Ali Farka Touré de l’ombre à la lumière. Ingénieur du son à la radio nationale malienne durant les premières années de l’indépendance, il a pu enregistrer sept albums vinyle (parus en France chez Sonodisc). Une sélection de titres issus des cinq premiers figurent sur l’anthologie Radio Mali, quant aux deux autres, les voici.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Après avoir longtemps accompagné les vedettes de la chanson française, l’harmoniciste Jean-Jacques Milteau s’est envolé pour une carrière solo couronnée de succès. Routard dans ses jeunes années, il voyage à présent afin d’exercer son métier. Pour se produire en concert ou à l’occasion d’un enregistrement d’album tel que Blue 3rd.

÷

«  Même les Américains venant d’autres régions ont l’impression d’arriver dans un pays à part quand ils débarquent à Memphis » 

VJJ_Milteauos deux derniers albums ont été enregistrés aux États-Unis, l’un à Memphis, l’autre dans le New Jersey…

C’est toujours bien d’être coupé de ses bases quand on enregistre, car on joue différemment lorsqu’on n’a pas à rentrer chez soi le soir.

Comment avez-vous été reçu par les musiciens américains ?

Très bien. Les gens que nous avons rencontrés sont des professionnels. La qualité des rapports était aussi bonne que celle du travail. C’est ce que l’on recherchait. D’une manière générale, les relations avec les Américains sont toujours très cordiales. Du moins au départ, car cette cordialité ne se transforme pas obligatoirement en amitié durable.

(suite…)

Read Full Post »