Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Brésil’

James Bond SpectreDossier. James Bond est sans doute l’agent secret le plus célèbre au monde, aussi bien grâce aux romans dont il est le personnage principal qu’à la série de films qui en sont des adaptations. Le 24e sort le 11 novembre 2015 sur tous les écrans du globe sous le titre SPECTRE. C’est l’occasion de partir sur les traces de ce James qui fait des bonds tout autour de la planète depuis 1962.

Des romans et des films au succès jamais démenti

James Bond est né dans les années 1920 dans un lieu qui reste incertain. On sait cependant qu’il est le fils d’Andrew Bond, originaire de Glen Coe (www.discoverglencoe.scot) en Écosse, et de Monique Delacroix, de Bottens (www.bottens.ch) en Suisse. Tous deux sont morts en pratiquant l’alpinisme en France, dans le massif des Aiguilles Rouges. L’orphelin suit une scolarité heurtée avant de s’engager dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y acquiert le grade de commander. Entré dans les services secrets du MI6, on lui accorde le matricule 007 en tant qu’agent autorisé à tuer.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

baies-accueilDossier. La mer, le soleil, des paysages inoubliables… Les baies ont un fantastique pouvoir d’attraction. A tel point qu’un Club des plus belles baies du monde a été créé en 1997 à l’initiative de l’office de tourisme du Pays de Vannes sur la base d’un jumelage entre le golfe du Morbihan et la baie d’Ha Long. Elle distingue celles où l’homme a fait le choix d’« un aménagement intelligent de l’espace côtier » dans le respect des biens naturels et culturels locaux.
Mais qu’appelle-t-on baie au juste ? On dénomme ainsi une échancrure dans les terres qui constituent un littoral. Si elle est de très grande dimension ce sera un golfe, si elle est petite, on parlera alors parfois d’une anse. Généralement, elle forme un arc de cercle, mais il arrive qu’elle dessine un cercle presque complet. On y trouve fréquemment un port et, depuis le développement du tourisme, des stations balnéaires mettant à profit des plages, quand il y en a.
Ce dossier vous invite à « visiter » quelques-unes des baies les plus remarquables que l’on puisse voir dans le monde, sur tous les continents. Vous y retrouverez peut-être celles qui vous ont le plus marqué. A chacun ses critères de sélection !

(suite…)

Read Full Post »

Un tour du monde de la street foodDossier. Quand on voyage, déguster des spécialités locales dans un restaurant c’est bien, mais les manger dans la rue, ce n’est pas mal non plus ! Dans de nombreux pays du sud, c’est même une pratique dominante depuis fort longtemps. Au nord, on y reprend goût grâce au dynamisme et l’inventivité dont font preuve des restaurateurs qui savent y faire pour capter une clientèle pressée par le temps ou soucieuse de jouir de sa liberté de mouvement.

Ce dossier vous invite non pas à passer à table, mais à partir à la découverte de mets dont la saveur ne s’apprécie complètement qu’à l’air libre. Un cornet de frites à Bruxelles, une pizza à Naples, un hot dog à New York, des pad thaï à Bangkok, un kebab à Istanbul ou une tortilla à Mexico, voilà des plaisirs uniques et qui en général ne coûtent pas cher ! Attention cependant à ne pas perdre de vue les règles d’hygiène qu’il vous est conseillé de suivre ici ou là.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. La voix a mûri, mais elle provoque toujours ce même frisson dans l’échine. Maria Bethânia Vianna Telles Veloso est une des artistes majeures de la musique populaire brésilienne. Essentiellement interprète, elle MARIA BETHANIA « Que falta você me faz »chante à merveille les plus importants auteurs et compositeurs de son pays. Ici, elle est au sommet, reprenant quelques trésors du répertoire de Vinicius de Moraes, figure historique de la bossa nova. Celui-ci accueillit chaleureusement la jeune Bahianaise lorsqu’elle descendit à Rio en 1965 pour confirmer les espoirs que l’on portait en elle après des débuts remarqués. Le titre de l’album est explicite : Combien tu me manques. Poète et diplomate, Vinicius de Moraes (1913-1980) était un bon vivant – marié sept fois ! – aux idées progressistes et, à ce titre, mis à la retraite par les dictateurs militaires en 1968. C’est notamment l’auteur, avec Tom Jobim, de « The Girl of Ipanema », standard non repris ici.

(suite…)

Read Full Post »

BETTY MINDLIN « Carnets sauvages – Chez les Suruí du Rondônia »Critique de livre. La vie de l’anthropologue brésilienne Betty Mindlin se confond avec celle des Amérindiens de la province amazonienne du Rondônia. Depuis son entrée dans une carrière qui l’a menée à fonder l’Institut d’anthropologie et d’environnement, elle a noué des contacts très forts avec plusieurs peuples tels que les Suruí. La lecture de ses carnets rédigés lors de plusieurs séjours entre 1979 et 1983 est des plus passionnantes. D’abord parce qu’elle a l’œil d’une spécialiste qui, même si elle découvre un nouvel univers, est apte à en comprendre les mécanismes d’un point de vue scientifique. Et aussi parce qu’elle n’oublie pas qu’elle est une femme, ainsi qu’une citoyenne consciente des enjeux politiques et économiques qui placent les Suruí, comme les autres tribus amazoniennes, dans une situation périlleuse.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Vous qui passez par Arcoverde, cité marchande située à l’orée du Sertão du Pernambuco, État du Nordeste, rendez-vous sur une des hauteurs de la ville, dans le quartier de Cruzeiro. Là, vous rencontrerez COCO RAIZES DE ARCOVERDEcertainement un des membres de la famille Calixto qui, sur ce disque, nous restitue l’ambiance d’une samba de coco raízes. Ça y est, vous êtes perdu… Dans ce contexte, samba signifie réunion. Coco, c’est un style de danse chantée très répandu dans la région. Et il est raízes, parce que proche des racines des populations locales. Produit d’une hybridation entre rythmes venus d’Afrique, via la côte nordestine, et de traditions indiennes, le coco raízes s’interprète sur des percussions : tambourin pandeira, tambour basse bombo, maracas shékéré, triangle. À cet ensemble s’ajoute le son des tamancas, sandales en bois que portent les danseurs de trûpé – c’est le nom du pas de danse. Surplombant ce subtil enchevêtrement de rythmes, une voix principale chante, reçoit la réponse d’un chœur et reprend. C’est imparable ! La variété des rythmes et des styles de chant rend cette forme de musique festive constamment surprenante.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Ceux qui se promènent fréquemment dans l’État du Pernambouco ont la chance d’avoir déjà pu goûter aux saveurs de cette superbe et intrigante musique. Comme ils ne doivent pas être si nombreux que cela, il nous faut tenter de la décrire. En gros : des tambours, des cuivres et des voix SIBA « Fuloresta do samba »offrent une synthèse entre rythmes de carnaval et art de la chanson tel que les troubadours locaux le pratiquent. En un joyeux bazar rigoureusement ordonné – nous sommes au Brésil -, Siba et ses complices créent quelque chose d’à la fois nouveau et sans âge, un folklore authentique, quoique syncrétique, nourri des musiques les plus modernes. Siba est un des membres de Mestre Ambrosio, un de ces collectifs débordant d’idées qui, durant les années 1990, ont redonné de l’énergie à la vie musicale brésilienne en mélangeant avec entrain des sons très traditionnels et ruraux à tout ce que la technologie de leur temps, et les musiques qui vont avec, mettaient à leur disposition. Enregistré à Nazaré da Mata, près de Recife, le samba (mot qui signifie ici réunion) de Siba ne ressemble à aucun autre.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »