Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Classique’

Interview. Un violoncelle qui chante au sein d’un chœur, voilà qui n’est pas banal. C’est Henri Demarquette qui en tient l’archet ce soir sous les ogives gothiques de la nef du collège des Bernardins au milieu des vocalistes de Sequenza 9.3, ensemble dirigé par Catherine Simonpietri. Il nous explique ce qui fait la spécificité de Vocello, ce divin projet qui les a réunis.

÷

D’où vous est venue l’idée de jouer avec un ensemble vocal ?

Vocello est né d’un désir que j’avais depuis longtemps. À l’origine, il y a le souvenir de ces chorales qui ont bercé mon enfance en Afrique. J’ai eu envie de retrouver l’émotion qu’elles suscitaient en moi en mariant les sonorités de chanteurs a capella avec celles de mon instrument, lesquelles sont très souvent comparées à celles de la voix humaine. La rencontre avec Catherine Simonpietri et Sequenza 9.3 a été décisive. Ensemble, nous avons créé un son nouveau, c’est un cocktail dont la saveur est immédiate. Une telle association étant inédite, ou presque, il m’a fallu créer un répertoire en m’adressant à des compositeurs d’aujourd’hui.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. L’Opéra-comique va rouvrir ses portes en mars après travaux, mais son premier spectacle est donné au Châtelet, salle qui va elle-même ensuite fermer afin que soient effectués d’autres travaux… Vous suivez ? Donc, voici Fantasio, une œuvre d’Offenbach qui renaît 150 ans après sa création, grâce à un minutieux travail de reconstitution de sa version originale. Le thème : le jeune Fantasio se fait passer pour un bouffon défunt qu’aimait une princesse. C’est Laurent Campellone qui dirige cet opéra.

÷

En quoi consiste la reconstitution de cet opéra ?

Cela fait une vingtaine d’années que Jean-Christophe Keck travaille sur les partitions d’Offenbach. Ce qu’il a reconstitué, c’est l’œuvre originale créée à Paris en 1872, dont la partition fut partiellement détruite lors d’un incendie. Ce fut un échec public, son compositeur étant victime du succès phénoménal qu’il avait connu durant le Second Empire, régime qui venait juste de disparaître. Offenbach modifia ensuite sa partition, notamment en confiant le rôle-titre à un ténor au lieu d’une mezzo, son choix initial.

(suite…)

Read Full Post »

thibault-cauvin

Interview. Guitariste inspiré, comme en témoigne son nouvel album consacré à Vivaldi, Thibault Cauvin joue dans des espaces de toutes dimensions à travers le monde : un petit théâtre en Afrique, Carnegie Hall à New York ou la Cité Interdite de Pékin… Alors pourquoi pas la Tour Eiffel ? Dans ce haut lieu, il va nous interpréter des pièces du répertoire ancien, ainsi que des œuvres que des compositeurs d’aujourd’hui lui ont écrites. Toutes font référence au voyage, ce qui est logique étant donné que ce musicien se double d’un nomade comme on en fait peu.

÷

Comment avez-vous eu l’idée de vous produire à la Tour Eiffel ?

Au départ, c’était une blague. Avec la personne qui s’occupe de mes concerts, nous cherchions un lieu qui symbolise le mieux Paris dans le cadre de la préparation d’une série nommée Magic Tour, au cours de laquelle je joue dans des lieux exceptionnels. Nous étions devant ce monument, dont je me lasse pas à chacun de mes passages par Paris, et nous nous sommes dit « pourquoi pas ? » C’était parti ! Cela va se passer au premier étage, dans une salle où l’on a des vues spectaculaires sur l’intérieur comme l’extérieur de la tour. Le contraste entre le gigantisme du site et l’intimisme de mon concert va pour le coup être magique.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Les opéras baroques permettent souvent de produire des spectacles féeriques. C’est le cas de Didon et Énée, chef-d’œuvre de l’Anglais Henry Purcell datant de 1689. La production présentée à Versailles, qui est mise en scène par Cécile Roussat et Julien Lübek, se compose notamment de danses, de mimes, d’acrobaties et d’effets spéciaux théâtraux. En ce qui concerne la musique, c’est Vincent Dumestre qui tient la baguette à la tête de son ensemble, le Poème Harmonique. L’intrigue : les amours contrariées de Didon, reine de Carthage, et d’Énée, prince de Troie.

÷

Quelle place tient Didon et Énée dans l’histoire de la musique ?

C’est le seul opéra qu’a composé Purcell. Il a pour particularité d’être très court, d’une grande densité. On ne s’y perd pas en histoires secondaires comme c’est souvent le cas dans d’autres œuvres lyriques. Le livret de Nahum Tate et la musique font preuve de force et de simplicité. Amour, devoir, fatalité… Ses thèmes nous parlent encore aujourd’hui.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. La grande mezzo Karine Deshayes nous plonge dans l’histoire de l’opéra à travers des airs exposant différents types d’héroïnes. Elle est accompagnée pour cela de sa consœur Delphine Haidan, du pianiste Dimitris Saroglou et du journaliste Jean-Michel Dhuez, de Radio Classique, qui apporte un éclairage sur les morceaux interprétés.

÷

karine-deshayes-c-aymeric-giraudelEst-ce que l’on peut qualifier ce spectacle de récréation pour vous qui vous produisez dans de grandes productions d’opéra ?

Pourquoi pas, à ceci près qu’il est préparé avec autant de sérieux qu’une prise de rôle ! Ce spectacle, comme tous ceux que je réalise avec Delphine Haidan est conçu pour nous rapprocher du public, notamment des gens qui n’osent pas aller à l’opéra. Nous leur disons en quelque sorte : venez nous écouter comme vous allez à une exposition, vous n’avez pas forcément besoin de tout connaître des œuvres présentées pour les apprécier.

(suite…)

Read Full Post »

nicolas-horvath-c-sakuya-okayasu-8Interview. Pour Nicolas Horvath le titre de la manifestation artistique Nuit blanche prend tout son sens ce 1er octobre. Durant plus de 12 heures, il va jouer tout l’œuvre pour piano du compositeur états-unien Philip Glass (né en 1937). Il n’en est pas à son coup d’essai. On l’a déjà vu accomplir cette prouesse dans différents lieux où il a donné ce programme ou Vexations de Satie.

÷

Pour qui ne connaît pas la musique de Philip Glass, pouvez-vous nous la définir ?

On la dit répétitive car elle donne l’impression de l’être. En fait, à chaque répétition d’une cellule, celle-ci est transformée de manière quasi imperceptible. Cette musique, comme celles qui sont composées par d’autres minimalistes de la même génération, est à rapprocher de ce qui se fait dans le domaine classique indien, notamment.

(suite…)

Read Full Post »

PASCAL AMOYELInterview. Pianiste familier du répertoire romantique, Pascal Amoyel célèbre la musique de Chopin au cours d’un festival annuel dédié à ce compositeur. Celui-ci se déroule dans l’orangerie du merveilleux parc de Bagatelle en soirée, à la lumière de bougies. Un contexte idéal pour écouter les « Polonaises » qu’il a choisi d’interpréter.

Qu’expriment les « Polonaises » que vous allez interpréter ?

Elles ont été écrites par Chopin après son arrivée à Paris en 1831. Elles sont très différentes de celles qu’il avait composées en Pologne. D’insouciantes elles sont devenues dramatiques en référence à la situation tragique que connaissait ce pays.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »