Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Classique’

Interview. Vivre comme un roi, cela vous tente ? Eh bien, rendez-vous au château de Versailles pour « La Journée de Louis XIV », évocation en musique des temps forts qui rythmaient la vie quotidienne du monarque. Deux formations vous accompagnent du matin au soir dans le palais et ses jardins, l’ensemble Marguerite Louise, dirigé par Gaétan Jarry, et Le Poème Harmonique, mené par Vincent Dumestre. Ce dernier est un grand connaisseur de la musique jouée à l’époque du Roi-Soleil.

÷

Musicalement parlant, quel est l’intérêt de jouer dans ces lieux ?

Cela permet d’entendre les œuvres là où elles étaient destinées à être jouées, par exemple dans la Galerie des Glaces où les effets de réverbération étaient pris en compte par les compositeurs. C’est un peu la même chose que d’exposer un tableau dans un cadre absolument adéquat. À chaque fois que nous faisons ce type de concert, nous constatons que musiciens et publics réunis apprécient cette concordance.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Interview. Avec le pianiste David Kadouch, le jeune violoncelliste Edgar Moreau nous gratifie d’un programme excellemment conçu, au disque comme sur scène. Consacré à la musique française de la fin du 19e siècle et du début du 20e, il se partage entre pièces connues et méconnues, telles que l’éblouissante sonate « Titus et Bérénice » de Rita Strohl (1865-1941), compositrice rarement jouée.

÷

Pourquoi ce programme exclusivement français ?

Sans être chauvin, j’ai eu envie de défendre la musique de mon pays. L’idée était de présenter une partie du répertoire français pour violoncelle et piano en exposant une certaine diversité d’écritures, Poulenc étant expressionniste, tandis que Franck et Strohl sont dans l’affect, le lyrisme…

(suite…)

Read Full Post »

Robert Carsen.jpgInterview. Pour écrire L’Opéra de quat’sous, Bertolt Brecht et Kurt Weill se sont inspirés de The Beggar’s Opera (L’Opéra du gueux), œuvre de John Gay et Johann Christoph Pepusch créée en 1728. Robert Carsen et Ian Burton en proposent une nouvelle version avec le chef des Arts florissants William Christie. Robert Carsen, qui en assure la mise en scène, évoque pour nous cette recréation.

÷

On connaît bien L’Opéra de quat’sous, moins The Beggar’s Opera

C’est une œuvre très particulière, importante dans l’histoire du théâtre, on peut dire qu’il s’agit de la première comédie musicale. Elle a été écrite à une époque durant laquelle on donnait beaucoup d’opéras en italien en Angleterre. Certains, comme John Gay et ses amis, trouvaient absurde que le public se presse pour voir des spectacles dans une langue qu’ils ne comprenaient pas et qui, de plus, montraient des histoires de dieux, de magiciens, etc. Ils ont donc conçu cette œuvre comme une satire de ces opéras. Composée de chansons populaires anglaises, écossaises et irlandaises, ses personnages sont d’un côté des voleurs, des assassins ou des prostituées et, de l’autre, des représentants de l’ordre corrompus. Elle tourne en dérision la capacité de l’homme à être malhonnête. Cela a été un énorme succès, les gens ont très bien compris son propos.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Une série de jeunes athlètes de la musique vont participer à un Bach Marathon, afin de confronter leur esprit créatif à celui du génial Jean-Sébastien. Sans prendre de grands risques, gageons que ce dernier comme ses lointains héritiers sortiront vainqueur de l’épreuve étant donné la qualité des artistes présents : Thomas Enhco (piano) et Vassilena Serafimova (marimba), Francesco Tristano (piano) et Federico Nitti (vidéo), Arandel (machines), ainsi que Electric Rescue (machines électroniques) et Gaspar Claus (violoncelle), lequel évoque pour nous sa contribution à cette très originale soirée.

÷

Qu’allez-vous jouer durant le Bach Marathon ?

Une pièce d’une trentaine de minutes intitulée Variations, imaginée autour d’œuvres de Bach, comme le prélude de la Première Suite. L’idée était de les faire entrer en collision avec un autre type de musique, électronique en l’occurrence, de manière un peu punk mais tout en en restant admiratif. Cela peut être jugé blasphématoire, mais j’assume !

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Aussi savant que plaisant, le nouveau projet de la contralto Nathalie Stutzmann lui fait enchaîner des bijoux d’airs baroques, principalement italiens. Ils sont extraits du recueil Arie antiche, constitué à la fin du 19e siècle par Alessandro Parisotti. Elle nous en interprète une partie ce soir en dirigeant son ensemble Orfeo 55.

÷

Qu’est-ce que sont les Arie antiche ?

C’est un équivalent de la Méthode rose destinée aux pianistes, un livre d’exercices pour les chanteurs débutants qui est utilisé depuis plus d’un siècle dans le monde entier. Il se compose de plusieurs volumes et on y trouve des airs pour tous les types de voix, chacun d’eux présentant des difficultés différentes.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. La prestation de Camille a fait boum lors de l’émission Prodiges de France 2 en 2014. Depuis, l’ascension des deux sœurs franco-suisses Berthollet a atteint des sommets hauts comme ceux des Alpes de leur enfance. Camille (violon et violoncelle, 19 ans) et Julie Berthollet (violon, 20 ans) font souffler un vent d’air frais dans le monde du classique en jouant avec grand talent des œuvres variées. L’entretien qui suit allie les propos de l’une et de l’autre, plus que jamais en accord !

÷

Vous allez jouer ce soir le programme de votre nouvel album, lequel est plutôt crossover

Oui, il s’agit de pièces qui nous touchent et qui, pour beaucoup, sont également appréciées d’un large public. Mais nous jouons aussi des œuvres moins connues comme le Trio élégiaque n°1 de Rachmaninov. Un accent particulier est mis aussi sur des musiques de films. Lors du concert, nous serons accompagnées par un orchestre, plus les pianistes Thomas Enhco et Guillaume Vincent. Et il y aura des surprises.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Aïrés : c’est sous ce nom que la trompettiste Airelle Besson, le pianiste Édouard Ferlet et le contrebassiste Stéphane Kerecki nous offrent une œuvre commune en forme de passerelle entre les mondes jazz et classique. Ces formidables solistes ne commettent aucune fausse note tout au long d’un projet discographique aérien dont la version scénique est à découvrir ce soir. Airelle Besson se fait pour nous la porte-parole de ce trio.

÷

Votre trio a pour particularité d’être sans leader…

Ou bien d’être un trio avec trois leaders ! Chacun est venu avec ses idées de reprises de pièces classiques ou ses propres morceaux.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »