Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Egypte’

Dossier. Espaces où se concentrent et se brassent des populations venues de divers horizons, les villes sont des lieux propices à l’émergence de formes musicales originales. Issues de cultures locales, nourries d’influences extérieures, modernisées ou respectueuses de la tradition, elles sont devenues des emblèmes de ces cités, voire d’un pays tout entier. Les découvrir au cours d’un séjour fait partie des bonheurs que l’on peut s’offrir lors de ses voyages. Nous vous invitons dans ce dossier à suivre de belles partitions à travers le monde.

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. Une gare est un lieu fonctionnel. On y passe pour monter dans un train ou en descendre et puis c’est tout… Erreur ! Il faut ouvrir l’œil car c’est souvent un bâtiment remarquable sur le plan architectural. Il s’agit même parfois de l’un des monuments qui contribuent pour une grande part à la renommée de la ville où il se trouve. Nous vous prions de monter à bord de ce dossier afin d’entreprendre un petit tour des plus belles gares du monde. Pas besoin de prendre un billet, le voyage est gratuit !

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. Les civilisations disparues : rien de tel pour laisser son imagination vagabonder ! Nourri que l’on est de récits savants, ou plus souvent populaires, nous racontant la destinée généralement tragique de peuples rayés de la surface du monde ou, au mieux, absorbés par d’autres, on s’émerveille devant les vestiges qu’ils nous ont légués. Certains sont majestueux comme Machu Picchu, d’autres sont mystérieux tels que le site de Stonehenge, d’autres encore sont estomaquants à l’image d’Angkor. Voici un petit tour des mondes perdus en 20 étapes qui vous fera voyager à travers la Terre entière.

(suite…)

Read Full Post »

James Bond SpectreDossier. James Bond est sans doute l’agent secret le plus célèbre au monde, aussi bien grâce aux romans dont il est le personnage principal qu’à la série de films qui en sont des adaptations. Le 24e sort le 11 novembre 2015 sur tous les écrans du globe sous le titre SPECTRE. C’est l’occasion de partir sur les traces de ce James qui fait des bonds tout autour de la planète depuis 1962.

÷

Des romans et des films au succès jamais démenti

James Bond est né dans les années 1920 dans un lieu qui reste incertain. On sait cependant qu’il est le fils d’Andrew Bond, originaire de Glen Coe (www.discoverglencoe.scot) en Écosse, et de Monique Delacroix, de Bottens (www.bottens.ch) en Suisse. Tous deux sont morts en pratiquant l’alpinisme en France, dans le massif des Aiguilles Rouges. L’orphelin suit une scolarité heurtée avant de s’engager dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale. Il y acquiert le grade de commander. Entré dans les services secrets du MI6, on lui accorde le matricule 007 en tant qu’agent autorisé à tuer.

(suite…)

Read Full Post »

Rue de VerneuilDossier. Les chanteurs et musiciens pop se nourrissent de leur environnement, des rumeurs de leur ville comme de la vie qu’ils y mènent. Aussi est-il passionnant d’aller sur leurs traces pour voir où ils ont passé leur enfance, fait leurs débuts, écrit tout ou partie de leur répertoire et, parfois, visiter les lieux où ils reposent. Ce dossier vous propose des parcours et une sélection de sites majeurs où vous avez de grandes chances de percevoir quelque chose de la magie qui émane ou émanait de stars mondialement célèbres telles qu’Elvis Presley, U2, Bruce Springsteen, Serge Gainsbourg ou Shakira. Nous vous indiquons également des musées qui sont dédiés à certaines d’entre elles, des Beatles à Oum Kalsoum en passant par Bob Marley et ABBA. Il y en a pour tous les goûts !

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. L’histoire dira jusqu’à quel point Natacha Atlas aura contribué à l’amélioration des relations musicales entre Orient et Occident, elle qui jette inlassablement des passerelles entre ces deux pôles que certains démons veulent coûte que coûte tenir éloignés. En tout cas, cet album restera comme l’un de ses meilleurs. La chanteuse anglo-égyptienne y fait preuve d’une grande maîtrise de ses talents. Ses cordes vocales n’ont jamais aussi bien modulé en arabesques. Les chansons sont toutes mémorables grâce, notamment, à de lumineux arrangements impeccablement travaillés. C’est, depuis ses débuts, une des marques de fabrique de la demoiselle. Certes, la générosité, la gourmandise, l’extravagance assumée de l’artiste ont pu lui faire prendre des risques, poussant parfois sa démarche non pas dans des ornières, mais vers des voies périlleuses. Là, non. Une décennie après ses débuts en solo, Natacha nous offre un disque sans bavure, tandis que dans les pays du Moyen Orient, nombre d’artistes parviennent avec éclat à moderniser les canons de la chanson populaire… un peu à sa façon.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Mais quel culot ! Huit ans après avoir joyeusement chaussé des babouches cairotes au fameux emperruqué viennois, l’insolent Hughes de Courson récidive ! Il va même plus loin, car ce qu’il donne à écouter semble avoir été écrit par un Mozart l'Egyptien 2compositeur nommé Al Amadeus Mozar-abe, tant l’union est à présent parfaite entre les extraits de pièces signées par ce coquin de Wolfie et les airs traditionnels égyptiens. Le premier volume du projet Mozart l’Égyptien était également une réussite, mais son maître d’œuvre n’avait pas osé aller aussi loin dans le mélange. Sûr que le succès mondial qui a accueilli la sortie de ce disque lui a donné des ailes. Mais quel boulot ! Il faut s’imaginer de Courson en train de tricoter ses partitions : une maille à l’Orient, une maille à l’Occident… Il a dû en jeter des choses injouables, car si la sélection des titres ici présentée surprend toujours, elle ne heurte jamais les oreilles de l’honnête mélomane. Enregistré au Caire, à Sofia, à Paris, à Madrid et à Londres ce Mozart l’Égyptien, « le retour », a nécessité des heures et des heures de travail en studio.

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. Sa musique lui ressemble. Mi anglaise, mi égyptienne, à la fois sophistiquée et nature, tantôt festive tantôt grave. En combinant les sonorités novatrices de l’électro et les formes en vigueur dans les musiques populaires égyptiennes, Natacha Atlas a inventé un style qui lui est propre. Et qui a fait école, autant en Europe que dans les pays arabes.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Prêt pour l’embarquement ? Alors, tout le monde sur le pont ! En compagnie de guides enchanteurs, nous partons pour un périple qui nous mènera du Caire aux sources du Nil. Telle est l’aventure à laquelle le percussionniste Mahmoud Fadl nous invite à participer. Comme de juste, le disque démarre par des chants en arabe et se conclue par des airs en nubien. La Nubie est cette partie méridionale de l’Égypte qui est restée profondément africaine. Fadl vient de là, précisément de la région qui fut inondée dans les années 1960 pour que s’étende le lac Nasser depuis le barrage d’Assouan. Longtemps accompagnateur de vedettes cairotes et nubiennes (notamment d’Ali Hassan Kuban, le musicien nubien le plus célèbre en Europe), Mahmoud Fadl produit ici une superbe œuvre qui démontre une fois de plus que les cultures nationales ne sont pas uniformes.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Elle est vénérée en Égypte et dans tous les pays arabes, mais aussi par tous ceux et celles qui, ailleurs, se sont un jour laissés envoûtés par son chant : Oum Kalsoum (1902-1975) fait partie du patrimoine mondial. Les raisons d’une telle gloire sont nombreuses. Depuis sa petite enfance, Oum Kalsoum a travaillé sa voix en pratiquant le chant coranique, puis dans les fêtes de village et enfin au Caire où, mélangeant les traditions savante et classique à la modernité de son temps, elle a interprété les œuvres des plus grands poètes et compositeurs égyptiens. Quand Oum Kalsoum chante, le tarab saisit ses auditeurs. Le tarab, explique l’écrivain Naguib Mahfouz, cela signifie « le paroxysme de l’émotion, de l’amour, dans la jouissance de la beauté ».

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Eh bien, ça alors ! Si l’on s’attendait à un tel disque… Cela fait plusieurs années que Youssou N’Dour prépare ce projet : chanter sa vision de l’Islam. Casse-cou, n’est-il pas, en ces temps de pseudo-choc des cultures ? Doté d’une notoriété internationale acquise en trente ans de carrière, le bougre nous offre un disque flamboyant, que l’on n’a pas fini d’écouter tant il est musicalement riche et subtil. Vedette en son pays à la fin des années 1970, il croise dix ans plus tard la route de Peter Gabriel et devient une célébrité pop mondiale. Des tubes (« Seven Seconds », notamment), des tournées gigantesques… Que faire après tout cela ? Retrouver l’innocence et se permettre ce qu’aucun industriel du disque n’aurait eu l’idée de lui proposer. Enfant, Youssou écoutait la radio du Caire, fasciné par la voix d’Oum Kalsoum alors accompagnée par de luxuriants orchestres. Il se souvient ici de ses émotions passées, de même qu’il se remémore les enseignements émanant des nombreuses communautés soufies établies au Sénégal.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Ancien membre du groupe folk Malicorne, Hughes de Courson a surpris son monde en concrétisant à plusieurs reprises une idée folle : marier les musiques d’un compositeur classique à celles d’homologues populaires. Grâce à lui, Bach est allé en Afrique, Vivaldi en Irlande et Mozart en Égypte. Il nous confie son intérêt pour les musiques traditionnelles et ses coups de cœur pour des villes comme Le Caire et Sofia où a été principalement enregistré le second volume de Mozart l’Égyptien.

÷

D’ vient votre grand intét pour les musiques du monde ?
Cela remonte à longtemps. J’ai grandi en Espagne et la première musique qui m’a ébloui, c’est le flamenco, un genre hybride. Après avoir joué un peu de rock, j’ai fait partie de Malicorne avec Gabriel Yacoub, groupe qui était théoriquement versé dans le folklore français. En fait, nous l’avons en quelque sorte réinventé en nous inspirant notamment des polyphonies sardes et bulgares. À cette époque, dans les années 1970, nous étions quelques-uns à nous passionner pour les musiques d’ailleurs, à collectionner des disques et à rapporter de nos pérégrinations des instruments, ainsi que des adresses de musiciens.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Yamina Benguigui a parcouru le monde musulman afin de réaliser un film documentaire qui cherche à comprendre ce qui s’y passe du point de vue féminin. Femmes d’Islam est à présent disponible en DVD chez MK2, de même que Mémoires d’immigrés, autre grande fresque de cette cinéaste, qui évoque le sort vécu par ces Algériens, hommes et femmes, qui ont quitté leur terre natale pour venir travailler en France. Leurs enfants y ont également droit à la parole. Enfants, dont l’auteure fait partie.

÷

Dix ans après le tournage de Femmes d’Islam, quelles traces ce film a laissé en vous ?

Je me souviens que lorsque j’allais présenter le sujet dans les chaînes de télévision, il semblait exotique, pas vraiment capable de concerner les sociétés française et européenne. J’avais pourtant le sentiment que, depuis l’avènement de Khomeini, le monde musulman était dans une période de mutation et que les répercutions sur la France allaient être importantes. Observer comment les femmes musulmanes vivaient dans plusieurs pays permettait de mesurer la température de chacun d’entre eux. Nous sommes allé en Algérie, en Égypte, au Yémen, au Mali, en Indonésie et nous avons également enquêté en France.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Au milieu des années 1990 a paru Natacha Atlas, dans le sillage de musiciens expérimentateurs britanniques tels que Jah Wobble ou le collectif Transglobal Underground. Londonienne après avoir été Bruxelloise, Cairote autant que possible, cette chanteuse et danseuse fait avec grâce la jonction entre les cultures orientale et occidentale. natacha atlasNous la rencontrons alors que sort son excellent disque Mish maoul.

÷

En écoutant cet album, on a l’impression que vous revenez à ce qui faisait tout le sel de votre premier disque, mais avec l’expérience en plus…

Oui… Je ne pourrais pas mieux dire ! (rires). Beaucoup de gens me font cette réflexion. Selon eux, il s’agit d’un retour aux sources, ils ont l’impression que ce que je chante là est à la fois intime et naturel. Je crois que cela vient du fait que je ne m’étais fixé aucun objectif précis au départ. Nous avons enregistré à Londres et au Caire en prenant notre temps, sans nous stresser.

(suite…)

Read Full Post »