Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ethiopie’

Dossier. Les civilisations disparues : rien de tel pour laisser son imagination vagabonder ! Nourri que l’on est de récits savants, ou plus souvent populaires, nous racontant la destinée généralement tragique de peuples rayés de la surface du monde ou, au mieux, absorbés par d’autres, on s’émerveille devant les vestiges qu’ils nous ont légués. Certains sont majestueux comme Machu Picchu, d’autres sont mystérieux tels que le site de Stonehenge, d’autres encore sont estomaquants à l’image d’Angkor. Voici un petit tour des mondes perdus en 20 étapes qui vous fera voyager à travers la Terre entière.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Akalé Wubé 2Interview. Akalé Wubé est l’une de ces formations d’éthio-jazz que l’on trouve un peu partout dans le monde et singulièrement en France, chacune développant son propre style en s’appropriant les bases de l’envoûtant groove créé à Addis-Abeba durant les années 1960 et 1970. Le batteur David Georgelet nous explique la démarche de cet impeccable groupe.

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à l’éthio-jazz ?

Au départ, il y a la découverte de la collection de disques Éthiopiques, éditée par Francis Falceto pour le label Buda, par le trompettiste Paul Bouclier. Il aimait tellement cette musique qu’il a eu envie de former un groupe avec des jazzmen comme moi pour la jouer. Elle est fascinante. Ce qui est frappant, c’est qu’à la première écoute, vous ne pouvez pas l’identifier. Elle ne ressemble pas aux genres africains qui nous sont familiers. Bien souvent, on l’imagine venir d’Asie car les gammes utilisées sont proches.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. C’est par ce chanteur que le monde ébahi a découvert l’incroyable musique populaire moderne d’Éthiopie. Nous étions en 1986, alors que l’ancien royaume de l’autoritaire Hailé Sélassié était dirigé par une junte militaire. Sorti cette année-là en Europe bien qu’enregistré une décennie plus tôt, l’album Erè Mèla Mèla de Mahmoud Ahmed devint instantanément un classique de la « world music » naissante. Jusque-là, seuls quelques voyageurs ou expatriés connaissaMAHMOUD AHMED « Alèmyé »ient l’étonnante pop éthiopienne. A leur retour chez eux, ils s’amusaient à faire écouter des cassettes en blind test à leurs amis. Qu’est-ce que c’est ? D’où ça vient ? Peut-être est-ce Fela Kuti avec des jazzmen birmans et un chanteur d’Asie centrale ? Ou alors un soulman complètement barré dans un trip arabisant ? On se perdait en conjectures. Il fallait savoir que ce que l’on écoutait était basé sur des formes et des rythmes traditionnels d’Éthiopie et que c’était joué par des instrumentistes fort urbains, sensibles au jazz, au rock et au rhythm’n’blues. Ce qu’il y avait peut-être de plus fascinant, c’était les voix des chanteurs, celle de notre ami Mahmoud Ahmed au premier chef.

(suite…)

Read Full Post »

PHILIPPE GOYVAERTZ « Les routes du café »Critique de livre. Il n’y a rien de plus naturel que de boire un café, n’est-ce pas ? Et pourtant, cette boisson n’a conquis le monde que tardivement. Long a été le chemin qui l’a menée des plateaux d’Éthiopie aux terrasses des cafés ! C’est en Afrique de l’Est, nous raconte Philippe Goyvaertz, que ce breuvage est né voilà très longtemps. Aujourd’hui encore, il est lié à des cérémonies cultuelles. Il ne passe la mer Rouge qu’au XVe siècle, pour s’implanter au Yémen où il fait des adeptes chez les mystiques soufis, lesquels apprécient ses pouvoirs excitants. Grâce à lui, ces derniers peuvent louer Dieu des nuits entières sans ressentir l’effet de la fatigue.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. La musique éthiopienne moderne n’a quasiment rien de commun avec tout ce que l’Afrique a pu engendrer comme genres et styles tout au long du vingtième siècle – et l’on sait qu’il y en a eu ! Si vous n’avez pas encore succombé à ses charmes, il est impératif que vous combliez cette lacune. Vous découvrirez alors des chansons et des pièces instrumentales qui vous sembleront à la fois familières et étranges. Elles sont construites à partir de thèmes traditionnels, mais on y décèle des influences jazz, rock et soul. En même temps, les répertoires orientaux venus de l’autre côté de la Mer Rouge y ont laissé leur empreinte. La collection Éthiopiques, magistralement dirigée par Francis Falcetto, offre à la fois des enregistrements de l’avant et de l’après Mengistu, ce dictateur des années quatre-vingt sous le règne duquel les artistes rasaient les murs. Dans cet album, on trouve une sélection de ballades et de « blues » des années soixante-dix parues sous le label Amha. Le titre « Tezeta » en est le fil rouge – six versions sont ici gravées. Ce thème musical permet aux chanteurs et solistes d’exprimer leur spleen avec leurs propres mots. D’une grande noblesse, quelque peu hiératique, ces airs mélancoliques sont d’une beauté à couper le souffle.

Michel Doussot

Mis en ligne en 2001 sur routard.com

Read Full Post »

reggae-selectorDossier. Il y a plusieurs portes dans la maison du reggae. Ouvrons-en quelques-unes. Point par point, vous trouverez dans ce dossier les principales étapes de l’évolution de la musique jamaïquaine depuis les années 1960. Au terme de ce parcours, vous est proposée une liste de disques hautement recommandables, enregistrés par les plus importants artistes.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Le noble swing de la musique populaire moderne d’Éthiopie revient régulièrement hanter le passionné de sons d’ailleurs. Après le choc provoqué par Mahmoud Ahmed dans les années 1980, la collection Éthiopiques (cd Buda) a mis en lumière des trésors enfouis durant les deux décennies de dictature qu’a subies Addis-Abeba. Et puis, en 2001, a surgi Gigi, alias Ejigayehu Shibahaw. Jeune chanteuse exilée à New York, elle a rencontré à la fois un compagnon de vie et un complice artistique en la personne de Bill Laswell. Ce dernier est l’un des plus créatifs concepteurs de musiques pas comme les autres qui soient. Plutôt jazzman au départ, ce bassiste est également un producteur – au sens réalisateur du terme – aux mille idées. Connu par ses surprenants disques édités sous le nom du groupe Material, il a travaillé pour et avec Herbie Hancock, Wayne Shorter, Laurie Anderson, William Burroughs, Fela Kuti, Sly & Robbie, etc. Tout cela pour dire que, aidée par un tel partenaire, Gigi aurait dû faire beaucoup d’efforts pour ne pas réussir à exprimer son talent.

(suite…)

Read Full Post »