Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jazz’

Interview. Fondé par le flûtiste Joce Mienniel et le saxophoniste Sylvain Rifflet, l’ensemble Art Sonic est un quintette à vent, type de formation plutôt rare dans le jazz. Avec l’accordéoniste Didier Ithursarry, il rend hommage à un très beau répertoire, celui du musette et de la chanson populaire française. Intitulé « Le bal perdu », ce programme se constitue de morceaux, datant pour les plus récents d’il y a un demi-siècle, qui ont été arrangés de façon à la fois respectueuse et audacieuse. Joce Mienniel nous explique pour quelles raisons Art Sonic redonne vie à ces délicieuses ritournelles.

÷

Quel a été l’événement déclencheur de ce projet ?

Déjà, à la base, il faut dire que je suis curieux de nature, c’est une nécessité intérieure pour moi. J’ai besoin de m’exprimer dans différents genres. Récemment, j’ai réalisé un travail autour de l’œuvre du guitariste malien Ali Farka Touré, par exemple. C’est quelque chose que je partage avec Sylvain Rifflet qui, comme moi, aime explorer les domaines des musiques populaires. Plus précisément, c’est en écoutant la chanson « C’était bien (Au petit bal perdu) » de Bourvil que j’ai eu un flash. Cette merveille m’a amené à faire des recherches sur tout un univers.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Il multiplie sans cesse des projets originaux en quête de nouvelles expériences, du côté de l’électro, du rap, de la chanson, du théâtre, de la radio, du cinéma documentaire… Mais ce pianiste revient toujours vers la forme trio, son « refuge » comme il dit. Avec Jérôme Regard (contrebasse) et Donald Kontomanou (batterie), le voici qui se consacre entièrement à la musique de Thelonious Monk (1917-1982), génie du jazz auquel il a jadis consacré une biographie exemplaire.

÷

Votre formation se nomme Monk Trio, ce qui ne laisse aucun doute sur ce que vous proposez au public…

Ce sont en effet des reprises de titres de Monk, arrangés à ma manière. Il m’a fallu 20 ans pour me lancer. Je pense que c’est le bon moment car je suis très en phase avec les musiciens de ce trio, avec lesquels je joue depuis quelque temps, notamment lors du spectacle que nous donnons régulièrement avec le comédien Jacques Gamblin, Ce que le djazz fait à ma djambe. Et puis parce qu’en 2017, on va célébrer le centenaire de Monk.

(suite…)

Read Full Post »

olivier-hutman-1Interview. Pour son nouvel album, le pianiste Olivier Hutman a composé de superbes et subtiles chansons qu’interprète parfaitement l’Italienne Alice Ricciardi. Fondamentalement jazz, elles possèdent de belles couleurs soul, folk ou pop, ce qui contribue à les rendre immédiatement séduisantes. Elles sont à découvrir in vivo au New Morning.

÷

Tout au long de votre carrière, vous avez accompagné des vocalistes comme Jon Hendricks, Mark Murphy, Dee Dee Bridgewater ou Sheila Jordan et vous écrivez vous-même des chansons…

Pour moi, il n’y a pas d’instrument plus beau que la voix. J’aime aussi la forme chanson car elle recèle en elle un défi pour ses auteurs : elle les oblige à être concis s’ils ne veulent pas se planter. J’adore les contraintes quand elles sont d’ordre artistique. Par exemple, j’ai fait beaucoup de musiques pour l’audiovisuel, notamment pour des publicités. On ne peut faire mieux dans le genre concis !

(suite…)

Read Full Post »

daniel-zimmermann-photo-gripoixInterview. Jazz, blues, rock, funk… Le tromboniste Daniel Zimmermann mélange diverses influences pour créer une musique qui n’appartient qu’à lui. Il confirme ce talent au gré de nouveaux titres réunis sous un titre évocateur, Montagnes russes. Ils vous font passer d’une ambiance à l’autre avec aisance, tous étant dotés d’une force remarquable.

÷

La variété des couleurs de vos morceaux est des plus riches…

Ce sont des compositions qui font appel à la spontanéité. Le seul projet que j’avais au départ était de laisser une grande liberté aux musiciens qui jouent avec moi, afin d’obtenir le plus d’émotions possibles.

(suite…)

Read Full Post »

natalia-m-kingInterview. Pour son nouveau projet, la guitariste américaine Natalia M. King chante le blues à la manière jazz, dans un style qu’elle nomme blazz. Exprimant diverses émotions, sa superbe voix vous prend le cœur et le fait palpiter.

÷

Ce que vous chantez actuellement est à la fois profondément blues et profondément jazz…

J’essaie de créer une forme de relation intime entre ces deux musiques cousines, en prenant garde de ne pas aller trop d’un côté ou de l’autre. J’appelle blazz ce qui résulte de cette démarche.

(suite…)

Read Full Post »

ray-lema-headbug-1Interview. Inclassable, Ray Lema joue toutes sortes de musiques depuis longtemps. C’est ainsi qu’il a créé la sienne propre, au gré de ses pérégrinations entre son Congo natal, divers autres pays africains, les États-Unis, le Brésil ou la France où il s’est établi. Excellent pianiste et chanteur, il emprunte en ce moment les voies du jazz, résolument, mais à sa manière, à la fois grave et joyeuse, très abordable et sophistiquée.

÷

Reprenant un propos de Miles Davis, vous dites souvent « Le jazz n’est pas une musique, c’est une attitude »

C’est une phrase très importante pour moi. Pendant longtemps, j’ai été intimidé par le jazz, une musique très réglementée qui s’apprend à l’école ou dans un conservatoire, qui possède une dimension quasiment scientifique. Moi qui n’ai pas fréquenté ces institutions, quand je suis tombé sur ce propos, je me suis dit « pourquoi pas moi ? » et j’ai sauté le pas.

(suite…)

Read Full Post »

RICHARD BONA - photo Rebecca_MeekInterview. Richard Bona a passé son enfance au Cameroun, tenté sa chance en Europe, notamment à Paris puis, contraint de partir pour des raisons administratives, s’est installé à New York où il a joué avec George Benson, Herbie Hancock, Pat Metheny, Michael Brecker… Bassiste et chanteur, il y a développé son propre style, toujours subtil et élégant, en n’oubliant jamais ses origines africaines. Le voici qui fait le lien entre ces dernières et les musiques cubaines dans un esprit latin jazz qui lui est propre, en compagnie du groupe Mandekan Cubano.

Votre nouveau projet s’intitule « Heritage »…

Il évoque les cinq siècles d’histoire des musiques cubaines. Très souvent, on a une vision plutôt vague de ce qu’est cet univers. C’est un mélange d’apports autochtones, espagnols, africains, chinois, une sorte de melting pot. La façon même dont ces musiques sont jouées rappelle cette histoire : le piano, le violon ou la trompette sont européens, les maracas amérindiens, les tambours africains… J’ai ressenti un puissant besoin de raconter cette histoire.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »