Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jazz’

Interview. Le compositeur et guitariste Frédéric Maurin s’est vu confier la direction artistique de l’Orchestre National de Jazz cette année. Jusqu’en 2022, l’ancien meneur de l’ensemble Ping Machine va développer des programmes inédits, mais aussi valoriser le répertoire de cette formation créée en 1986.

÷

Quelle est l’orientation que vous voulez donner à l’orchestre ?

J’ai décidé de ne pas privilégier une esthétique, chaque programme représentera un style. Nous avons commencé avec « Dancing in Your Head(s) », un hommage à la musique de Ornette Coleman et « Rituels », une œuvre collective et originale créée avec des chanteurs. Nous faisons de grands écarts, ce qui ne m’était pas facile à faire avec Ping Machine. Là, ça l’est, c’est même constitutif de notre mission. Nous allons aussi nous adresser au jeune public avec des spectacles spécifiques, ce qui n’existait pas auparavant. Il s’agit notamment d’un conte musical autour du mythe de Dracula. De plus, un orchestre constitué d’élèves issus d’écoles de musique ou de conservatoires va avoir pour tâche de faire vivre le répertoire de l’ONJ dont les premières pièces remontent à 33 ans, cela avec d’anciens directeurs de l’orchestre.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. ne chante pas comme tout le monde et c’est une bonne chose ! Modulant en douceur sa voix, il vous subjugue sans difficulté. Avec Sandrine Marchetti (piano) et Paul Jarret (guitare), il présente ce soir les titres de « Vind », son dernier album en date, lequel lui « procure un sentiment d’aboutissement, de bien-être, d’évidence ». À nous aussi !

÷

« Vind », cela signifie vent dans les langues scandinaves. On pourrait dire qu’il s’agit plus d’une brise que d’une tempête…

Une brise, oui, mais qui cache une tempête intérieure ! Le vent est un élément que j’adore et il me paraissait idéal de choisir l’un des noms qu’on lui donne pour le titre de l’album. Consultant des dictionnaires, je tombais sur des mots comme mistral, par exemple, mais cela me semblait trop typé. Vind est plus général et comme j’aime beaucoup les musiques scandinaves, cela a été une évidence que de le choisir. D’ailleurs, je vais le conserver pour nommer notre groupe.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Vivant entre New York et son pays, la Corée, après avoir séjourné un bon moment en France, Youn Sun Nah effectue inlassablement des tournées à travers le monde. Nulle part on est insensible à sa technique de chant parfaite et aux émotions que sa voix suscite. Cette superbe artiste retrouve Paris le temps d’une soirée en plein air au Parc floral.

÷

Comme la batteuse française Anne Paceo qui partage l’affiche avec vous au Parc floral et beaucoup d’artistes de jazz aujourd’hui, vous intégrez diverses influences dans votre musique…

Oui, Anne Paceo est d’ailleurs une musicienne que j’apprécie beaucoup. Le jazz ne connaît aucune limite, il offre d’innombrables possibilités.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Inscrite au programme de la série de concerts « Week-end Jazz en VF » de la Philharmonie, la batteuse Anne Paceo donne à cette occasion des titres de son nouvel album, Bright Shadows, à travers lequel elle s’aventure vers divers horizons musicaux en compagnie d’excellents instrumentistes et chanteurs.

÷

Le programme reflète-t-il bien ce qu’est le « jazz en VF » selon vous ?

Il est comme une photographie du jazz tel que le pratiquent des musiciens appartenant à une même génération, celle dont l’âge se situe actuellement entre 30 et 40 ans. Il expose bien la variété des propositions qui sont faites aujourd’hui, même si d’autres artistes encore auraient pu eux aussi y figurer, bien sûr !

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Le superbe guitariste qu’est Biréli Lagrène est l’une des têtes d’affiche du Festival Jazz de Saint-Germain-des-Prés Paris. Il se produit ce soir en trio, afin d’interpréter les titres de son nouvel album, Storyteller, qui comprend entre autres des standards comme « On Green Dolphin Street », « Freedom Jazz Dance » ou « Wave ». Une occasion pour ce grand artiste de la six cordes de montrer l’étendue de sa palette sonore.

÷

Vous allez jouer dans le cadre d’un festival dont l’intitulé évoque la grande époque du Saint-Germain-des-Prés jazz…

Pas mal de choses se sont effectivement passées dans ce quartier à la fin des années 1940, notamment avec Django.

Lequel Django Reinhardt est une importante référence pour vous. Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu sa musique ?

Difficilement car je l’ai écoutée dès ma petite enfance ! On en jouait tout le temps dans ma famille. Je me souviens quand même qu’assez rapidement, je me suis mis à passer ses disques et à prendre une guitare pour essayer de la reproduire. Ensuite, j’ai découvert d’autres genres comme le jazz rock de groupes comme le Mahavishnu Orchestra, ce qui m’a énormément marqué.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. De multiples influences irriguent les beaux morceaux que compose ce jeune pianiste, dont le jeu est aussi précis que brillant et généreux. Ils les interprètent ce soir en trio, avec les non moins excellents Dan Pappalardo à la contrebasse et Philippe Lemm à la batterie.

÷

Vos morceaux semblent raconter des histoires. Quelles sont-elles ?

La musique est en effet pour moi comme une forme de récit. Mais mes morceaux ne se référent pas forcément à des événements concrets. Chacun d’eux exprime plutôt le sentiment que quelque chose est en train de se passer. Ce que cela pourrait être exactement, c’est à vous d’en décider. J’aime emmener les gens en voyage grâce à ces morceaux, à la croisée des chemins, entre mon imagination et celle de chaque auditeur.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Flûtiste et chanteuse, Naïssam Jalal a entrepris une « Quête de l’invisible », laquelle donne des résultats d’une beauté saisissante. Pour y parvenir elle fait se rencontrer le jazz et des musiques orientales. Propices à la méditation, mais également pleines d’énergie, ses compositions vous captivent sans difficulté. Elle se produit ce soir en compagnie du pianiste Leonardo Montana et du contrebassiste Claude Tchamitchian.

÷

Qu’est-ce que l’invisible qui est l’objet de votre quête ?

C’est tout ce qui est de l’ordre de l’intuition, de l’impalpable, de l’improvisation, de ce qui est en chacun de nous et que l’on nomme spiritualité, âme… C’est l’œuvre de Dieu si l’on est religieux, sinon on se contente de dire que tout cela est inexplicable. Pourquoi la musique nous fait-elle du bien, comment se fait-il que l’on puisse créer immédiatement un lien avec telle ou telle personne sans prononcer un mot… ? Voilà ce que j’essaie d’explorer à travers ma musique. Ce projet est différent des précédents qui évoquaient plus des sujets liés à des questions de société, avec ce que cela peu comporter de conflictuel. Je me suis penchée cette fois vers tout ce que notre existence peut nous offrir de beau.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »