Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Mozart’

SALZBOURG 1Salzbourg compte parmi les villes autrichiennes les plus touristiques. À juste titre, étant donné ses trésors architecturaux, ses musées ou encore ses festivals. Durant l’année 2016, elle célèbre plusieurs jubilés riches en événements, dont les plus importants se rapportent au rattachement de cette cité à l’Autriche et à la mémoire de Mozart qui y a passé son enfance.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Interview. En 1778, Mozart effectue son second séjour à Paris. Ce qu’il y a composé, ce qu’il y a entendu : tel est le contenu de Grandes journées préparées par Benoît Dratwicki, le responsable de la programmation de l’Automne musical du Centre de musique baroque de Versailles.

Combien de temps Mozart est-il resté à Paris ?

Pas très longtemps, d’avril à septembre 1778. Mais cela a été suffisant pour laisser une trace dans son œuvre. C’est dans la capitale qu’il a composé ses premiers chefs-d’œuvre, notamment la symphonie Paris. Celle-ci, ainsi que d’autres pièces sont jouées durant les Grandes journées, à chaque fois en regard de celles qu’il est allé écouter. Nous en connaissons la liste grâce à sa correspondance.

Quel profit Mozart a-t-il tiré de son séjour ?

Il a été marqué par des formes alors modernes telles que celle de la symphonie concertante et par les orchestrations en vigueur dans l’opéra français. Il a également été impressionné par la richesse dont jouissaient les institutions musicales françaises de l’époque. Il ne connaissait rien de tel en Autriche.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Mais quel culot ! Huit ans après avoir joyeusement chaussé des babouches cairotes au fameux emperruqué viennois, l’insolent Hughes de Courson récidive ! Il va même plus loin, car ce qu’il donne à écouter semble avoir été écrit par un Mozart l'Egyptien 2compositeur nommé Al Amadeus Mozar-abe, tant l’union est à présent parfaite entre les extraits de pièces signées par ce coquin de Wolfie et les airs traditionnels égyptiens. Le premier volume du projet Mozart l’Égyptien était également une réussite, mais son maître d’œuvre n’avait pas osé aller aussi loin dans le mélange. Sûr que le succès mondial qui a accueilli la sortie de ce disque lui a donné des ailes. Mais quel boulot ! Il faut s’imaginer de Courson en train de tricoter ses partitions : une maille à l’Orient, une maille à l’Occident… Il a dû en jeter des choses injouables, car si la sélection des titres ici présentée surprend toujours, elle ne heurte jamais les oreilles de l’honnête mélomane. Enregistré au Caire, à Sofia, à Paris, à Madrid et à Londres ce Mozart l’Égyptien, « le retour », a nécessité des heures et des heures de travail en studio.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. A coup sûr, Une flûte enchantée va être l’un des spectacles les plus surprenants de l’automne. En compagnie de Frank Krawczyk et Marie-Hélène Estienne, le grand metteur en scène Peter Brook réinvente un célèbre opéra de Mozart avec la complicité de jeunes chanteurs. La partition est jouée par le superbe pianiste Alain Planès, en alternance avec Matan Porat.

Comment va se dérouler ce spectacle ?
Il est conçu selon les mêmes principes que la Tragédie de Carmen et les Impressions de PelléAlain Planèsas, deux autres spectacles que Peter Brook a mis en scène par le passé. Il s’agit d’une adaptation théâtrale de l’opéra de Mozart. On en a gardé certaines scènes et éliminé d’autres. Les chanteurs et comédiens vont avoir une certaine liberté dans leurs déplacements sur le plateau… Je ne peux vous en dire plus dans la mesure où les techniques d’improvisation comptent beaucoup pour Peter Brook. Des surprises sont à prévoir jusqu’au dernier moment !

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Ancien membre du groupe folk Malicorne, Hughes de Courson a surpris son monde en concrétisant à plusieurs reprises une idée folle : marier les musiques d’un compositeur classique à celles d’homologues populaires. Grâce à lui, Bach est allé en Afrique, Vivaldi en Irlande et Mozart en Égypte. Il nous confie son intérêt pour les musiques traditionnelles et ses coups de cœur pour des villes comme Le Caire et Sofia où a été principalement enregistré le second volume de Mozart l’Égyptien.

÷

D’ vient votre grand intét pour les musiques du monde ?
Cela remonte à longtemps. J’ai grandi en Espagne et la première musique qui m’a ébloui, c’est le flamenco, un genre hybride. Après avoir joué un peu de rock, j’ai fait partie de Malicorne avec Gabriel Yacoub, groupe qui était théoriquement versé dans le folklore français. En fait, nous l’avons en quelque sorte réinventé en nous inspirant notamment des polyphonies sardes et bulgares. À cette époque, dans les années 1970, nous étions quelques-uns à nous passionner pour les musiques d’ailleurs, à collectionner des disques et à rapporter de nos pérégrinations des instruments, ainsi que des adresses de musiciens.

(suite…)

Read Full Post »