Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Musiques d’Extrême-Orient’

Rue de VerneuilDossier. Les chanteurs et musiciens pop se nourrissent de leur environnement, des rumeurs de leur ville comme de la vie qu’ils y mènent. Aussi est-il passionnant d’aller sur leurs traces pour voir où ils ont passé leur enfance, fait leurs débuts, écrit tout ou partie de leur répertoire et, parfois, visiter les lieux où ils reposent. Ce dossier vous propose des parcours et une sélection de sites majeurs où vous avez de grandes chances de percevoir quelque chose de la magie qui émane ou émanait de stars mondialement célèbres telles qu’Elvis Presley, U2, Bruce Springsteen, Serge Gainsbourg ou Shakira. Nous vous indiquons également des musées qui sont dédiés à certaines d’entre elles, des Beatles à Oum Kalsoum en passant par Bob Marley et ABBA. Il y en a pour tous les goûts !

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Critique de disque. Désert, steppes, montagnes… L’environnement dans lequel vivent les Mongols ne fait pas dans la demi-mesure. Leurs chants et musiques « collent » parfaitement aux paysages dans lesquels ils sont nés et où ils évoluent sans cesse (la moitié de la population est nomade). Ce disque, qui MUSIQUES DE MONGOLIE (Buda)propose un survol des traditions en vigueur dans la Mongolie d’aujourd’hui, est très bien organisé. Il débute par des chants épiques, dont une prenante ode à Gengis Khan. Ils sont principalement accompagnés d’un morin xuur (vièle à deux cordes) et d’un tobsuur (petit luth). Les chanteurs glissent aisément du rauque à l’aigu, laissant échapper d’étranges sonorités doubles. Ils emploient la technique xöömij qui permet de produire des sons diphoniques. Autrement dit, le vocaliste chante et « siffle » en même temps. L’effet est saisissant. Cet aspect de l’art vocal mongol est également répandu chez des peuples voisins, notamment ceux qui sont implantés au Sud de la Sibérie.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Pour trouver la tribu des T’boli, ce n’est pas compliqué. Rendez-vous sur l’île philippine de Mindanao, puis rejoignez la province montagneuse du South Cotabato. Là, il suffit de gagner le lac Sebu. Certes, il est nécessaire de traverser la jungle pour arriver jusque sur les terres verdoyantes FINGGUY FLANG & LUMING TUANde nos amis, mais la rencontre avec ce peuple aborigène vaut la peine que l’on se donne. Sa musique est en effet des plus intéressantes. Elle se joue notamment grâce au luth hegelung, instrument de forme oblongue dont Fingguy Flang et Luming Tuan sont des virtuoses. Avec seulement deux cordes, elles interprètent une sorte de blues rural, tel qu’on en a inventé ailleurs dans le monde, du Mississippi au Mali, en passant par les steppes d’Asie centrale. Les deux femmes habitent le village de Dekolon et ont appris la musique dès leur plus jeune âge. Également danseuses, elles sont régulièrement acclamées aussi bien par les membres de leur peuple que dans les salles de spectacles des grandes villes comme Manille, la capitale du pays. On les écoute et on se met à rêver à ce bout de territoire philippin dont les habitants ont conservé quelques-unes de leurs plus belles traditions.

Michel Doussot

Mis en ligne en 2006 sur routard.com

Read Full Post »

Critique de disque. On sait que les cultures se mélangent dans les îles du Sud-est asiatique. Mais à ce point-là ! Ce disque qui réunit des pièces musicales captées en Malaisie ne peut que ravir les amateurs de sonorités nouvelles. Enfin, si elles apparaissent comme nouvelles, c’est que le marché français ignore encore largement les musiques malaisiennes (un pays de vingt-cinq millions d’habitants d’habitants quand même !). Coup de chance, l’album présent nous offre une balade passionnante à travers les différents registres en vigueur dans cette contrée équatoriale. On a le sentiment que toute l’Asie s’y est donnée rendez-vous. Ce que c’est que les terres tournées vers la mer ! Peuplé principalement de Malais, mais aussi de Chinois et d’Indiens, longtemps sous influence arabe puis européenne, la Malaisie est voisine de la Thaïlande, de l’Indonésie et des Philippines (plus les micro-Etats de Singapour et Brunei). Si nous rappelons ces données géographiques, c’est pour vous indiquer que ce que l’on entend ici est assez varié et souvent indéfinissable. A des pièces de musique de type maqâm succèdent d’autres qui résonnent au son de gamelan, tandis que d’autres encore mêlent si bien les influences qu’on obtient une musique typiquement malaisienne, ravissante au possible. Tambours, flûtes et cordes diverses dominent au cours de dix-sept airs captés dans toutes les régions du pays.

Michel Doussot

Mis en ligne en 2006 sur routard.com

Read Full Post »

Critique de disque. Prenant pour base la vénérable tradition du gamelan, les jeunes Indonésiens de SambaSunda proposent une musique aussi éruptive que l’île de Java, celle-là même qui les a vu naître. Ils font en effet groover les fameux métallophones et les gongs qui servent habituellement à nous plonger dans de profondes méditations. A ces instruments s’ajoutent des tambours et vents locaux, ainsi qu’un violon occidental, des percussions africaines et latino-américaines. L’album se partage entre instrumentaux épiques et doux airs chantés par la délicieuse Rita Tila. L’idée était excellente de marier des sonorités venues d’ailleurs à des pièces traditionnelles, tout en ne trahissant pas l’esprit de celles-ci. Sa concrétisation est parfaite. C’est au milieu des années 1990 qu’Ismet Ruchimat a formé ce groupe de dix-sept instrumentistes.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Audio film : tel est l’intitulé choisi par ses éditeurs pour qualifier une collection d’albums constitués d’enregistrements de sons et de musiques pris sur le vif dans une ville. Après Venise, Buenos Aires, Bâle, La Havane et d’autres, voici le réalisateur Stefan Winter à Shanghai. Le parti pris ici est de retrouver les traces du « Paris of the East ». C’est ainsi que durant la première moitié du vingtième siècle on surnommait le port chinois alors largement soumis à l’influence culturelle occidentale via les concessions française et anglo-américaine. On déambule avec Winter dans les rues de la mégalopole et on tend l’oreille aux échos du passé à travers l’atmosphère du présent. Chaque étape de cette flânerie musicale est ponctuée par un air caractéristique.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Musique de chambre chantée qui se jouait à l’origine devant un public de nobles, le tembang sunda est un genre mélancolique. Il exprime par exemple le regret d’avoir perdu un être aimé ou bien le mal du pays. Le but de cette musique intimiste et délicate – les chanteurs et chanteuses murmurent presque des stances ornées de très belles parties de flûte et de cithare – n’est cependant pas de filer le cafard à ses auditeurs. Il s’agit plutôt d’essayer d’atteindre une certaine idée de la beauté et de la sérénité. L’ensemble de tembang sunda de la chanteuse Ida Widawati que l’on entend dans ce disque est l’un des plus réputés. Il a emporté de nombreux concours dans son pays : on vote également pour lui !

Michel Doussot

Mis en ligne en 2001 sur routard.com

Read Full Post »

Older Posts »