Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Pérou’

Dossier. De la Colombie à la Patagonie et de Bahia à la Terre de Feu, voici une sélection de 100 sites incontournables du continent sud-américain.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Dossier. Les civilisations disparues : rien de tel pour laisser son imagination vagabonder ! Nourri que l’on est de récits savants, ou plus souvent populaires, nous racontant la destinée généralement tragique de peuples rayés de la surface du monde ou, au mieux, absorbés par d’autres, on s’émerveille devant les vestiges qu’ils nous ont légués. Certains sont majestueux comme Machu Picchu, d’autres sont mystérieux tels que le site de Stonehenge, d’autres encore sont estomaquants à l’image d’Angkor. Voici un petit tour des mondes perdus en 20 étapes qui vous fera voyager à travers la Terre entière.

(suite…)

Read Full Post »

Silverton Narrow Gauge RailroadDossier. Qui ne connaît pas ces trains mythiques que sont l’Orient-Express ou le Transsibérien ? Leur célébrité peut faire oublier qu’il existe beaucoup d’autres trains touristiques qui vous invitent à faire de grandes traversées à l’intérieur de merveilleux pays ou régions, tels le Rovos Rail sud-africain, le Bernina Express suisse ou le Rocky Mountaineer canadien. D’autres encore, plus modestes, prennent leur temps afin de vous permettre de découvrir de superbes paysages sur de courtes distances. Nombre d’entre eux, comme le Gallois Welsh Highland Railway ou l’États-unien Durango & Silverton Narrow Gauge Railroad, sont tractés par des locomotives à vapeur, ce qui donne énormément de charme aux balades qu’ils offrent. Nous avons sélectionné pour vous treize de ces grands et petits trains du bonheur. En voiture !

(suite…)

Read Full Post »

Critique de livre. Voilà un livre dont la lectJOHN DINGES « Les années Condor »ure donne des sueurs froides. Il raconte comment les dictateurs de la plupart des pays d’Amérique du Sud se sont alliés pour former une internationale de la répression au cours des années 1970. Journaliste au Washington Post, John Dinges livre ici les résultats d’une enquête scrupuleuse menée en tant que spécialiste de cette région du monde durant plusieurs décennies. L’organisation Condor est créée fin 1975 à Santiago – le condor, aigle des Andes, est le symbole du Chili. Deux ans auparavant, le 11 septembre 1973, le général Pinochet a renversé par la force le social-démocrate Salvador Allende, président élu du Chili.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Il est impossible de ne pas succomber à la voix légère et si humaine de Susana Baca. Il faudrait qu’elle fasse un très gros effort pour nous décevoir ! Ce qui n’arrive pas avec cet Espíritu vivo pour lequel l’afro-péruvienne est entourée de ses musiciens habituels, auxquels se sont ajoutés deux invités. Ceux-ci impriment leur marque avec classe à une collection de chansons parfaites en tout point. Il s’agit du guitariste Marc Ribot et du maître es claviers John Medeski, deux New-yorkais déjà présents dans le précédent disque, Eco de sombras, dirigé lui aussi par le fameux producteur Craig Street. Sauf que pour cette fois, la contribution des Yankees ne s’est pas faite à distance – Susana et son groupe à Lima, eux à New York -, mais en live, dans un studio de Manhattan. La couleur de l’album s’en ressent, parsemé qu’il est d’éclats rock et groove ultra urbains.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. C’est en voyageant à travers le monde que Susana Baca a pu se faire reconnaître dans son pays. La chanteuse péruvienne interprète un répertoire qui, jusqu’à elle, n’avait guère trouvé sa place : celui des descendants d’esclaves africains. Ses disques enregistrés pour le label Luaka Bop de David Byrne, ex-leader des Talking Heads, ont abattu beaucoup de barrières. Il faut dire que le chant majestueux, sobre et sensible de cette artiste est capable de faire fondre tous les glaciers des Andes ! Rencontre avec une grande dame, à l’occasion de la sortie de son disque Espiritu vivo.

« Chez vous, on est très dur. Les personnes importent peu »

Susana BacaAu cours de vos tournées, prenez-vous le temps de flâner dans les rues de l’endroit où vous allez jouer ?

Je n’ai pas beaucoup le temps. Parfois, nous avons juste une matinée de libre pour déambuler dans les rues et regarder comment les gens vivent. Je voyage essentiellement pour le travail. Et je voyage tellement, tellement, que pour moi, les vacances c’est de rester à la maison ! Il y a quelque chose que j’aime bien faire à chaque fois : aller sur les marchés ou dans les foires où l’on trouve des agriculteurs qui vendent leurs propres produits – il y en a peu à Paris ! J’aime voir quels sont les fruits et les légumes qui poussent dans chaque endroit où je me rends.

(suite…)

Read Full Post »