Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Saxophone’

Interview. Norman Granz fut le programmateur des concerts « Jazz at the Philharmonic » dans les années 1940 et 1950, période durant laquelle il inventa des arrangements avec cordes pour l’interprétation de standards par le saxophoniste Charlie Parker. Éminent successeur de Granz, Christophe Dal Sasso revient sur ce travail et en propose une nouvelle version donnée au cours d’une soirée… « Jazz at the Philharmonie », explicitement sous-titrée « Charlie Parker / Bird with Strings Revisited ». Les saxophonistes Géraldine Laurent, Pierrick Pédron, Thomas de Pourquery, Olivier Bogé et Logan Richardson en sont les solistes.

÷

Quel est le programme de la soirée ?

Il comprend tous les standards du disque Charlie Parker with Strings, plus d’autres que Parker a joués en concert. Je les ai réarrangés de manière à ce qu’ils sonnent différemment, mais tout en gardant l’esprit initial. Avec quatre violonistes, deux altistes, un violoncelliste plus un quintette à vents, ainsi qu’un contrebassiste et un batteur, les saxophonistes vont interpréter un ou deux morceaux en solo et d’autres à plusieurs. En ce qui me concerne, après avoir passé des mois à écrire les arrangements, je me contenterai d’écouter ces artistes, ce sera pour moi une récompense !

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Haïtien de Montréal, New York et de Paris, l’insaisissable Jowee Omicil est un souffleur jouant de divers saxophones, flûtes, clarinettes, ou trompettes, qui propose une musique bigarrée échappant aux classifications simplistes. Rencontré à Montmartre, quartier qu’il apprécie particulièrement, ce phénomène nous éclaire sur sa pratique du jazz. Celle-ci emprunte à différents styles de musiques, lesquelles sont d’origines géographiques diverses, cite des compositeurs comme Monk ou Mozart…

÷

Vos morceaux ont l’air de patchworks…

Oui, différentes sortes de musiques cousues ensemble… J’aime bien cette image, d’autant plus que j’ai un père couturier ! Quand je compose un « pantalon », je ne pense pas à un style particulier. J’essaie beaucoup de mélanges. Tel titre suivra une gamme orientale tout en groovant façon afrobeat, ou hip hop, un autre sera free en faisant un clin d’œil à Monk ou Parker…

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Thiefs (faute d’orthographe volontaire !) est une formation qui illustre parfaitement les liens forts existant entre les musiciens de jazz situés sur les deux rives de l’Atlantique. Le saxophoniste Christophe Panzani, l’un de ses fondateurs, nous en dit plus.

÷

Comment votre groupe est-il né ?

Tout a commencé à Paris où j’ai rencontré le contrebassiste Keith Witty. Nous nous sommes très bien entendus, notamment parce que nous sommes de la même génération et possédons la même culture. Nous avons pas mal joué ensemble pendant quelques jours et cela a continué lorsque je me suis rendu à New York où je vais souvent car j’y ai de la famille. D’où la formation de ce groupe, qu’ont entre autres rejoint des rappeurs et slameurs, comme Edgar Sekloka et Mike Ladd.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Le saxophoniste et chanteur Thomas de Pourquery a fondé le groupe Supersonic, avec lequel il a exploré l’œuvre de Sun Ra voilà une poignée d’années. Ce septette qui porte bien son nom a récemment opéré un retour magnifique avec des compositions originales alternant des passages de tempête et des moments de quiétude réconfortants.

÷

Qu’est-ce qui définit votre groupe ?

Son son, qui lui est propre. Nous l’avons trouvé en interprétant la musique de Sun Ra, lequel est selon moi un grand compositeur classique, comme Bach !

(suite…)

Read Full Post »

Sylvain Rifflet - Photo Sylvain_Gripoix_Creation_manteau_Tiphaine_MartinInterview. Son jazz singulier est des plus envoûtants. En ouverture du Paris Jazz Festival, qui se déroule jusqu’au 31 juillet, le saxophoniste Sylvain Rifflet fait raisonner ses Mechanics dans le cadre bucolique du Parc floral. Comment a-t-il conçu ses superbes petites machineries musicales ? C’est ce qu’il nous explique.

÷

Mechanics : d’où vient ce titre ?

Je trouvais amusant d’évoquer la mécanique, au sens garagiste du terme, en intitulant de cette façon l’ensemble de mes nouveaux morceaux, alors que ces petites structures que nous avons élaborées n’ont en fait rien de prosaïque.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Le tempétueux saxophoniste Guillaume Perret et les musiciens de son groupe, le bien nommé Electric Epic, nous invitent à voyager en direction de la mythique GUILLAUME PERRETcité de l’Atlantide. Les accompagne dans cette aventure un des maîtres actuels de la BD, Benjamin Flao, lequel va créer des œuvres en direct durant un « concert dessiné » qui s’annonce fascinant. Des interventions du vidéaste Cyril Raymond sont également prévues.

÷

Qui a eu l’idée d’organiser une telle rencontre ?

C’est le festival d’Île-de-France car Benjamin Flao et moi nous ne nous connaissions pas. Coup de chance, nous avons constaté qu’il y avait un vrai feeling entre nous. J’aime beaucoup ses dessins, que l’on peut rapprocher de ceux d’Hugo Pratt.

(suite…)

Read Full Post »

Jacques Schwarz-BartInterview. Né en Guadeloupe, Parisien le temps de ses études, Jacques Schwarz-Bart s’est ensuite envolé pour les États-Unis pour devenir un musicien accompli. Installé à New York, ce saxophoniste a joué avec une foultitude d’artistes jazz et soul avant de concrétiser plusieurs projets autour du style gwoka de son île. Il présente ce soir à Paris le travail qu’il a effectué à partir de mélodies vaudou d’Haïti.

÷

Quand avez-vous entendu pour la première fois de la musique vaudou ?

Je l’ai reçue dès ma naissance. Ma mère connaissait ce répertoire par cœur, elle en chantait des airs à la maison et elle possédait une belle collection de disques qui lui était consacrée. C’est une musique extraordinaire, riche en mélodies somptueuses dont le lyrisme est digne de celui de l’opéra. Je la considère comme un joyau. Il est regrettable qu’elle soit si peu connue.

(suite…)

Read Full Post »

Hadouk QuartetInterview. Formation très originale créée voilà dix-sept ans, le Hadouk Trio se métamorphose en quartette. Son jazz est unique, nourri qu’il est par une excellente connaissance des musiques orientales tout autant que par l’imagination débridée de ses membres fondateurs, Loy Ehrlich et Didier Malherbe. Ce dernier évoque pour nous l’évolution de son groupe, ainsi que son demi siècle d’expérimentations musicales.

÷

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux musiques extra-européennes ?

À la fin des années 1950, j’étudiais à la Sorbonne tout en étant saxophoniste dans les clubs de jazz. C’est un voyage en Inde, en 1962, qui a changé le cours de ma vie. J’y suis allé par intérêt pour la spiritualité de ce pays et j’y ai découvert un univers musical qui m’a passionné. Et cette passion pour les musiques d’ailleurs, orientales notamment, ne m’a jamais quitté, y compris lors de mon travail au sein de Gong dans les années 1970.

(suite…)

Read Full Post »

Baptiste Trotignon et Mark TurnerInterview. Le pianiste Baptiste Trotignon et le saxophoniste ténor Mark Turner forment un duo aérien qui fait se mélanger subtilement les traditions jazzistiques française et états-unienne au gré de leurs compositions respectives. Le premier nous en dit plus sur ce projet très abouti.

÷

Que recherchez-vous à travers la forme duo ?

Par définition, le duo implique un dialogue direct avec un autre musicien, ce qui rend les échanges fluides et limpides. Il y a une fraîcheur d’écoute l’un envers l’autre et, comme il n’y a pas d’interférence d’un tiers, on jouit d’une grande liberté, il est possible de changer d’orientation à volonté. Ce qui est aussi très agréable, c’est que l’on peut jouer purement en acoustique, ce qui élimine pas mal de contraintes liées aux problèmes de sonorisation que l’on subit habituellement quand on est plus nombreux. C’est un travail artisanal en fait.

(suite…)

Read Full Post »

Francesco BearzattiInterview. Au sein de son Tinissima Quartet, ce saxophoniste italien réinterprète la musique de Thelonious Monk en glissant dans les compositions de ce dernier des accords puisés dans le répertoire rock, de AC/DC à Lou Reed en passant par Pink Floyd ! C’est aussi fou que jouissif, comme la musique du génial Monk en somme.

÷

On est étonné de constater que la musique de Monk se prête si bien à votre exercice de collage…

Tout simplement parce que le point commun entre Monk et le rock, c’est le blues, lequel est à l’origine de ces deux univers.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Faire swinguer des œuvres de Brahms, Chopin, Fauré, Rachmaninov, Schubert, Tchaïkovski, Wagner et Holst, c’est ce que réussit le trio formé par le saxophoniste et flûtiste Lionel Belmondo, avec le contrebassiste Sylvain Romano et le batteur Laurent Robin. Ce faisant, il inscrit des œuvres de ces vénérables compositeurs du domaine classique dans le grand répertoire des standards jazz.

÷

Comment est née cette idée d’adapter des œuvres classiques que vous appliquez depuis quelques années ?

En fait, il ne s’agit pas d’un concept auquel j’aurais réfléchi dans l’idée de présenter un projet original à tout prix. C’est un travail qui vient de très loin. J’ai toujours perçu lionel belmondodes similitudes entre les œuvres issues des univers classique et jazz – de toute façon, depuis mon enfance, je suis convaincu que la musique n’a pas de frontières. Cela fait une trentaine d’années que je m’assois quotidiennement au piano et que je joue des pièces classiques de toute forme. Une fois que j’ai discerné la mélodie et une ligne de basse d’un morceau, il ne reste plus qu’à lui trouver des couleurs nouvelles avec des musiciens qui veulent avancer dans la même direction que moi. Fondamentalement, ce qui me motive est de transmettre des émotions.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Formé par Louis Sclavis (saxophones, clarinettes), Benjamin Moussay (piano) et Gilles Coronado (guitare), l’Atlas Trio se livre à de fructueuses séances d’improvisation à partir de morceaux qui nous font voyager de l’ambient au free en passant par la musique orientale, le rock ou le groove. Deux soirs durant, nous sommes conviés à venir assister in vivo aux expériences intrigantes de ces trois musiciens géographes…

÷

Vous avez constitué votre trio avec de fortes personnalités…

Oui et c’est même le principe qui préside à la création d’un trio. Pour ce type de formation, il est essentiel que les personnalités soient bien distinctes. Ce n’est pas la même chose quand vous constituez un quartette ou un quintette car, dans ce cas, il est nécessaire qu’il y ait unBenjamin Moussay, Gilles Coronado et Louis Sclavise unité. En ce qui concerne ce trio, j’ai composé des morceaux sous forme de croquis que j’ai proposé à mes compagnons de jeu et nous leur avons donné vie. À l’arrivée, ils ne ressemblent pas vraiment à ce que j’avais en tête. C’est ce qui me plait, c’est la raison d’être de cette musique. Et ce n’est pas fini, parce qu’ils vont encore évoluer en concert. J’accepte tout, je laisse faire puis, petit à petit, je structure. Je ne donne jamais la direction d’emblée, je ne suis pas adepte du conflit. Je suis un dictateur cool !

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Subtil interprète de partitions classiques, Michel Portal est également un sacré musicien de jazz, capable aussi bien de se lancer dans de fabuleux solos que de faire corps avec les membres d’un groupe. Créé pour l’enregistrement d’un nouveau disque, celui que le grand clarinettiste basse et saxophoniste nous présente aujourd’hui est flamboyant. Au programme : une musique lumineuse, gorgée de swing et de groove…

÷

On est frappé par la cohésion du groupe que vous avez formé…

Cela tient au fait que la musique est plus écrite que d’habitude et que cette formation est un sextette, ce qui nécessite que chacun de ses membres doit interpréter sa partie dans un esprit collectif. Pour autant, si les morceaux étaient déjà structurés quand nous sommes entré en studio à New York – j’ai effectué un travail de préparation avec Bojan Z -, tout le monde a apporté sa couleur, les uns venant d’Amérique, les autres d’Afrique ou d’Europe. Pour ce disque, j’ai eu envie de jouer des mélodies simples, évidentes, rayonnantes, énergétiques, inspirant de l’optimisme…

(suite…)

Read Full Post »

Sophie AlourInterview. Le trio de Sophie Alour est un des plus excitants du moment. Avec Yoni Zelnik à la contrebasse et Karl Jannuska à la batterie, cette saxophoniste nous donne une musique tour à tour caressante et percutante. La qualité de son récent Opus 3 discographique le confirme : elle a gagné sa place au premier rang des meilleurs solistes que compte la scène jazz française.

÷

Vous avez formé votre trio voilà plusieurs années. Pourquoi avoir choisi ce type de formation ?

Il donne plus de liberté. Le nombre de participants étant réduit, la musique circule plus vite. C’est un rapport que je privilégie. Avec Karl et Yoni, nous sommes très complices, nous travaillons beaucoup, même lorsque aucune obligation liée à un enregistrement ou un concert ne nous impose de le faire.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Julien Lourau nous offre ce soir une séance de Superman Ciné-mix ! Autrement dit, avec l’aide du VJ (video jockey) Fred Ladoué, le saxophoniste propose un montage de scènes extraites de cartoons mettant le super héros en vedette autour duquel il a imaginé une « bande originale » de son cru. À ses côtés figurent également Jeff Sharel aux samples et DJ Oil aux platines.

÷

Qu’est ce que cela peut bien être qu’un Superman Ciné-mix ?
Une première version a été créée à l’occasion d’une Nuit blanche dans la cour du musée d’Art et d’histoire du Judaïsme, lequel avait récupéré des dessins animés et voulait en faire quelque chose d’original. Les films étaient projetés sur les murs et le groupe se trouvait au milieu. À la Cité de la Musique, ce sera différent. Nous serons sur scène et les images vont jaillir sur différents supports. Des effets spéciaux habituellement employés par des illusionnistes nous feront apparaître et disparaître à la manière de super héros ! La matière sonore des cartoons va également être travaillée par Jeff Sharel et DJ Oil. Au cours de la soirée, il y aura des séquences bien calées et d’autres qui partiront en freestyle. Au fond, c’est comme ça que l’on procède depuis toujours dans le jazz…

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Avec son complice Vincent Artaud, aux cordes pincées et aux claviers, le saxophoniste a écrit de nouvelles compositions gorgées de groove et de swing : pour se faire plaisir et contenter par la même occasion ses auditeurs. Pas de problème, ce double objectif est amplement atteint. On va découvrir ce soir ces titres solidement charpentés et plein d’idées, tant sur le plan mélodique que rythmique.

÷

Olivier TemimeQuelle est la différence entre ce projet et ce que vous faites d’habitude avec les Volunteered Slaves ?
Les Volunteered Slaves, c’est un groupe avec lequel je joue du jazz funk. Là, c’est un projet personnel réalisé avec Vincent Artaud, qui a notamment apporté une touche de pop anglaise. Cela fait trois ans que nous le faisons avancer. Il a d’abord enregistré un fond instrumental sur lequel j’ai posé mes mélodies. Ensuite, nous avons repris l’ensemble pour le retravailler et, enfin, nous avons fait appel à des batteurs. Voilà pour le disque, car cette création va continuer à évoluer sur scène !

(suite…)

Read Full Post »

Manu Dibango 11Interview. Mince alors ! Le saxophoniste, organiste et chanteur Manu Dibango fête cette année ses cinquante années de carrière. Déjà ? Cet éternel jeune musicien propose un show, le 20 mars au Casino de Paris, pour un survol de sa carrière, en compagnie de quelques-uns des artistes qui ont croisé sa route. Durant cette soirée, et lors de deux autres dates dans les environs de la capitale, il rend également hommage à Sidney Bechet.

÷

Pourquoi cet hommage à Bechet ?
Ce qui me relie à lui, c’est d’abord le souvenir de ces soirées passées à danser sur sa musique lorsque j’étais étudiant dans les années 1950, notamment au Vieux Colombier à Saint-Germain-des-Prés. Et puis c’était un grand musicien, très lyrique, qui a beaucoup apporté au jazz. Il était très populaire. Demandez à toute personne ayant vécu à cette époque si elle connaît « Petite fleur » et vous verrez ! J’ajoute que ce projet est aussi un hommage à la Nouvelle Orléans, ville natale à la fois du jazz et de Bechet, dont les malheurs récents m’ont bouleversé.

(suite…)

Read Full Post »

James CarterInterview. Bientôt quadragénaire, ce saxophoniste est l’un des plus brillants de sa génération. Puissant, solide comme un roc, il n’en est pas moins un fin styliste, à la fois savant connaisseur de l’histoire du jazz, qu’il respecte profondément, et très inventif : ce n’est pas forcément contradictoire ! Le voici à Paris pour un concert, à l’occasion de la sortie de son dernier disque, Present Tense.

÷

Depuis vos débuts, on vous entendu jouer dans différents styles…
On peut dire que je suis éclectique. Sans doute d’ailleurs est-ce comme cela que l’on peut qualifier mon style, voire ma façon de vivre. Ce qui est sûr c’est que je joue de différents instruments à vents dont j’aime explorer toutes les possibilités. Je travaille beaucoup leurs sonorités dans le but de m’ouvrir de nouvelles voies.

(suite…)

Read Full Post »