Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Sénégal’

Blue Hole à BelizeDossier. Aurores polaires, geysers, lacs colorés ou éphémères, trous bleus, rivières qui inversent leur courant, marées géantes… La nature offre des spectacles incroyables de par le monde, qu’il s’agisse de sites hors norme ou de phénomènes extraordinaires, qui parfois demandent à se trouver sur place au bon moment si l’on veut y assister. Nous vous en présentons une sélection au fil des pages de ce dossier en ayant pris soin de choisir des « shows » accessibles par tout voyageur normalement constitué. Un certain nombre de lieux concernés se trouvent très loin de chez vous, mais parfois aussi tout près…

(suite…)

Read Full Post »

baies-accueilDossier. La mer, le soleil, des paysages inoubliables… Les baies ont un fantastique pouvoir d’attraction. A tel point qu’un Club des plus belles baies du monde a été créé en 1997 à l’initiative de l’office de tourisme du Pays de Vannes sur la base d’un jumelage entre le golfe du Morbihan et la baie d’Ha Long. Elle distingue celles où l’homme a fait le choix d’« un aménagement intelligent de l’espace côtier » dans le respect des biens naturels et culturels locaux.
Mais qu’appelle-t-on baie au juste ? On dénomme ainsi une échancrure dans les terres qui constituent un littoral. Si elle est de très grande dimension ce sera un golfe, si elle est petite, on parlera alors parfois d’une anse. Généralement, elle forme un arc de cercle, mais il arrive qu’elle dessine un cercle presque complet. On y trouve fréquemment un port et, depuis le développement du tourisme, des stations balnéaires mettant à profit des plages, quand il y en a.
Ce dossier vous invite à « visiter » quelques-unes des baies les plus remarquables que l’on puisse voir dans le monde, sur tous les continents. Vous y retrouverez peut-être celles qui vous ont le plus marqué. A chacun ses critères de sélection !

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Le commerce équitable entre le Nord et le Sud produit d’excellents résultats. Ellika et Solo le prouvent en s’échangeant avec simplicité de petELLIKA & SOLO « Abaraká ! Tack ! »ites notes légères, quasi insouciantes. Ellika Frisell est une violoniste suédoise, Solo Cissoko un chanteur et joueur de kora sénégalais. Tous deux se sont rencontrés au cours d’une séance d’impro dans un club de Stockholm, après avoir chacun de leur côté travaillé un bon moment dans et hors leur milieu culturel d’origine. Ellika est une figure reconnue du folk scandinave et a mélangé ses sons avec des Indiens, ce qu’a fait aussi Solo, artiste qui dans le passé fut invité à jouer avec des vedettes de son pays (Youssou n’Dour, Touré Kunda…). Ce qui frappe le plus à l’écoute de ce disque est que la fusion à laquelle se livre le duo semble absolument naturelle.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Des instrumentistes ou des chanteurs africains invités par des jazzmen états-uniens et européens, ça se voit tous les jours. Mais des Africains jouant du jazz sans la caution d’un toubab ou d’un cousin d’Amérique, ce n’est pas si fréquent. Surtout quand ces artistes ne sortent pas du vivier des clubs spécialisés. Djeli Moussa Diawara le Guinéen, Abdoulaye Diabaté et Moussa Cissoko, tous deux Sénégalais, se sont taillé chacun une excellente renommée dans le domaine de la musique populaire ouest-africaine. Le premier est l’un des plus grands joueurs de kora de son temps ; le deuxième, un chanteur, pianiste et chef d’orchestre coté ; enfin, le troisième est un percussionniste très demandé, notamment dans les studios parisiens. Avec leur musique hors norme, ils prennent le risque de choquer les gardiens des traditions, aussi bien chez les griots que chez les jazzophiles sourcilleux.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. On ne savait pas que ce vénérable arbre africain qu’est le baobab pouvait produire du miel. Grâce à ce disque, qui annonce le retour aux affaires de l’un des tout meilleurs orchestres sénégalais, plus personne ne peut l’ignorer. Formation mythique des années soixante-dix, l’Orchestra Baobab s’est réuni une première fois, et pour une quinzaine d’années, afin d’animer les soirées chic du club de Dakar dont il adopta le nom. Sa manière de combiner les styles afro-cubains et sénégalais – notamment ceux de Casamance – fascina aussi bien le public que les musiciens. Parmi ceux-ci figurait un débutant nommé Youssou n’Dour qui allait, malgré lui, précipiter la chute de ses héros en lançant la vogue du mbalax. En 2002, il répare ce « méfait » en coproduisant l’album de la résurrection du grand et prodigieux ensemble en compagnie du patron du label World Circuit, Nick Gold.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Le rock africain existe-t-il ? Peut-être que oui, à l’écoute de ce disque qui répond à certaines exigences du genre, tout en ne gommant pas ses origines. Comme beaucoup d’autres musiciens sénégalais, Pape & Cheikh ont vibré à l’écoute des chansons signées Simon & Garfunkel ou Bob Dylan. C’est donc la branche folk song du rock – plutôt que celles du punk ou du hard ! – qu’ils secouent pour en tirer les meilleurs fruits. Des traditions sénégalaises, ils gardent cette scansion complexe que l’on apprécie dans le mbalax popularisé par Youssou n’Dour, l’un des parrains de ce duo. Papa Amadou Fall et Cheikhou Coulibaly viennent du centre du pays et ont fait carrière à Dakar. Tous deux guitaristes et compositeurs, ils donnent des chansons bien charpentées, tantôt énergiques, tantôt tranquilles. Le chant principal est assuré par Papa, émouvant vocaliste qui se situe dans la lignée du grand frère Youssou.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. « Je suis allé à Kinshasa j’ai trop souffert (…). Les jaloux saboteurs aux yeux de crocodiles veulent mon échec, souhaitent ma misère ; voilà mon problème »… Cette chanson de style zaïrois enregistrée à Abidjan par un Tchadien (Maître Gazonga) est l’un des tubes absolus des années 1970 et 1980, quand de forts contingents de musiciens ouest-africains modernistes partirent à l’assaut de leur continent, de la France et finalement du monde. Période dorée s’il en est ! Cette impressionnante anthologie offre près de deux heures et demi de bonheur parfait en alignant quelques chefs-d’œuvre glanés dans des albums souvent difficiles à dénicher – nous insistons : tous les titres sélectionnés sont géniaux. Dakar, Bamako, Conakry, Abidjan – où de très nombreux artistes des pays voisins venaient enregistrer -, telles étaient les places fortes de la pop dans la région. Au terme de deux décennies d’indépendance, les jeunes nations de l’ex-Empire français affichaient une vitalité extraordinaire en matière de musique. Réunis pour jouer dans des bars d’hôtel ou des buffets de gare, pour représenter leur pays ou une administration, des centaines de musiciens ont alors acquis une expérience phénoménale, comparable à celles des jazzmen états-uniens des temps héroïques.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »