Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Sociologie & Ethnologie’

Musée Fragonard, Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort

Dossier. Paris ne manque assurément pas de musées ! Aux côtés des mastodontes que sont le Louvre, Orsay ou les Arts Déco se trouvent des dizaines d’adresses parmi lesquelles figurent des lieux où sont exposées des collections insolites centrées sur un thème unique, du chocolat à l’éventail, en passant par des écorchés ou des faux sacs Vuitton !

÷

À l’origine de ces musées spécialisés, on trouve des institutions publiques ou privées qui possèdent des archives, objets ou œuvres méritant d’être vus aussi bien par des personnes concernées (professionnels, étudiants…) que par quiconque ne considère pas que la curiosité est un vilain défaut. D’autres ont été créés par des passionnés dont les collections étaient suffisamment importantes pour qu’elles soient exposées au regard de tous.

(suite…)

Read Full Post »

Musée de l'Homme 1Reportage. Vénérable institution culturelle installée dans une aile du palais de Chaillot depuis 1938, le musée de l’Homme a fermé ses portes en 2009 pour des travaux permettant une réorganisation de la présentation de ses collections et la rénovation du bâtiment qui l’abrite. Le 17 octobre, toute l’espèce humaine est invitée à découvrir la forme que prend dorénavant ce lieu qui, rappelons-le, dépend du Muséum national d’Histoire naturelle.

÷

À part les murs du bâtiment construit pour l’Exposition universelle de 1937, tout ou presque a changé. Après être passé par l’accueil au rez-de-chaussée, où se trouvent une librairie et le restaurant Café de l’Homme, on prend un grand escalier pour atteindre un atrium, lequel est également accessible par des ascenseurs, comme tous les espaces du site. Centre névralgique du musée, cet atrium est doté d’une vaste salle dont le plafond a été supprimé afin de mettre en valeur une verrière datant de l’ancien palais du Trocadéro (1878). De là, on peut rejoindre un auditorium et un centre de ressources. C’est ici également que commence la visite de la Galerie de l’Homme et de son exposition permanente qui s’étend sur 2 500 m² sur deux niveaux – un escalier et une mezzanine ont été créés afin d’assurer leur continuité.

(suite…)

Read Full Post »

JEAN-LOUIS ROCCA « Une sociologie de la Chine » (La Découverte)Critique de livre. Les Chinois par ci, les Chinois par là… Les avis définitifs pleuvent de toute part sur ce peuple : il fait peur aux uns, tandis que les autres sont éperdus d’admiration. Au fond, on manque cruellement d’information nous permettant de saisir le fonctionnement d’une société qui rassemble plus de 1,3 milliard d’individus. Ce petit précis est fait pour nous éclairer. Jean-Louis Rocca est un sociologue qui mène en Chine des travaux sur l’émergence des nouvelles classes sociales. Sa synthèse est donc nourrie d’éléments de première main. Il ne cherche pas à tout nous expliquer, préférant se concentrer sur des phénomènes majeurs induits par les changements d’orientation économique à l’œuvre depuis plusieurs décennies.

(suite…)

Read Full Post »

BETTY MINDLIN « Carnets sauvages – Chez les Suruí du Rondônia »Critique de livre. La vie de l’anthropologue brésilienne Betty Mindlin se confond avec celle des Amérindiens de la province amazonienne du Rondônia. Depuis son entrée dans une carrière qui l’a menée à fonder l’Institut d’anthropologie et d’environnement, elle a noué des contacts très forts avec plusieurs peuples tels que les Suruí. La lecture de ses carnets rédigés lors de plusieurs séjours entre 1979 et 1983 est des plus passionnantes. D’abord parce qu’elle a l’œil d’une spécialiste qui, même si elle découvre un nouvel univers, est apte à en comprendre les mécanismes d’un point de vue scientifique. Et aussi parce qu’elle n’oublie pas qu’elle est une femme, ainsi qu’une citoyenne consciente des enjeux politiques et économiques qui placent les Suruí, comme les autres tribus amazoniennes, dans une situation périlleuse.

(suite…)

Read Full Post »

FRANÇOISE POMMARET « Le Bhoutan - Au plus secret de l’Himalaya » (Gallimard)Critique de livre. Situé entre le Tibet, au Nord, et l’Inde, au Sud, le Bhoutan est de ces contrées dont on a longtemps ignoré l’existence en Occident. C’est avec beaucoup de difficultés que les Britanniques l’ont pénétré, rencontrant une résistance aussi farouche qu’efficace. Si les étroites plaines tropicales longeant l’Inde ont pu être envahies, les hautes vallées himalayennes qui leur succèdent sont restées imprenables. Supposé pays de cocagne, le mystérieux Bhoutan a alors obsédé de nombreux aventuriers. L’ethnologue Françoise Pommaret connaît très bien les réalités de ce territoire grand comme la Suisse. Dans son livre, richement illustré, elle s’attache à expliquer le fonctionnement d’une société originale.

(suite…)

Read Full Post »

CATHERINE WIHTOL DE WENDEN « Atlas des migrations dans le monde »Critique de livre. Contre vents et marées, courant souvent le risque d’y laisser leur vie, ils sont près de deux cent millions à avoir quitté leur terre natale pour trouver une meilleure situation dans un hypothétique pays d’accueil. Le mouvement s’amplifie d’année en année, explique Catherine Wihtol de Wenden, chercheuse au CNRS, dans cet ouvrage qui synthétise toutes les données sur la question. Plus les pôles de richesse prennent de l’importance, plus ils attirent des candidats à l’exil. Grâce à un ensemble de cartes parlantes, de textes aussi courts que précis, l’auteur permet d’y voir clair au sujet d’un phénomène qui déchaîne les passions.

(suite…)

Read Full Post »

« Géopolitique du tourisme » Revue Hérodote n°127, La DécouverteCritique de livre. Dans ce numéro de la revue de géographie et de géopolitique Hérodote, douze articles, à la fois savants et accessibles à tous, exposent des situations qui permettent de comprendre quelles sont les incidences du développement du tourisme sur les sociétés et les paysages du monde entier. Un tableau général permet dans un premier temps de faire le constat suivant : plus de 800 millions de personnes pratiquent le tourisme international (chiffre de 2006). Majoritairement issus des classes moyennes des pays développés, ces touristes disposent de temps libre et ont les moyens de se déplacer. Le tourisme est facteur de développement économique et génère des échanges culturels. À qui cela profite-t-il ? Pas forcément aux populations locales. Ce développement présente des limites et des effets pervers, souvent déstabilisateurs. Cependant, ces conséquences varient et revêtent différentes formes selon les pays.

(suite…)

Read Full Post »

CALEX MACLEAN Overritique de livre. Urbaniste et architecte de formation, Alex MacLean est le fondateur de Landslides, une agence photographique spécialisée dans la photographie aérienne depuis 1975. Son principal sujet est l’exploration du paysage nord-américain, ce qui l’a de fait rendu témoin des conséquences de l’american way of life. L’ouvrage contient des clichés spectaculaires sur l’aménagement de territoires transformés par des activités et des modes d’habitation aberrants à présent que le point de vue écologiste est extrêmement répandu, du moins en paroles, chez nombre de décideurs et de citoyens à travers le monde.

(suite…)

Read Full Post »

AMIR VALLE La Havane-BabyloneCritique de livre. Avant la révolution de 1959 qui porta Fidel Castro au pouvoir, l’île de Cuba – et singulièrement sa capitale La Havane – était considérée comme le « bordel des États-Unis ». Si le nouveau régime a interdit la prostitution, celle-ci s’est tout de même perpétuée et a même pris de l’ampleur avec l’essor du tourisme. On surnomme jineteras (cavaleuses) les femmes qui pratiquent cette activité. Le journaliste Amir Valle a mené une enquête au long cours sur elles à partir du début des années 1990. Travaillant alors pour une agence publicitaire impliquée dans la promotion du tourisme, il est parvenu à créer des liens de confiance avec des prostitué(e)s et des souteneurs, ce qui lui a permis de réunir de très nombreux témoignages.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de livre. « La Ville du Saint Sauveur de la Baie de Tous les Saints » : c’est ainsi que le Florentin Amerigo Vespucci nomma le site qu’il venait de « découvrir » pour le compte du Portugal en ce 1er novembre 1501, jour de la Toussaint. Les Tupis qui vivaient là n’imaginaient évidemment pas ce que leur baie surplombée de collines allait devenir. Michel Agier, anthropologue français, raconte les premiers temps d’une cité qu’il connaît très bien pour y avoir mené des enquêtes. Il développe ensuite plusieurs thèmes essentiels, notamment ceux qu’évoque le sous-titre du livre.

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. S’intéresser aux modes de vie des peuples de l’autre côté du monde, tout en respectant la diversité des cultures, cela va de soi en ce début de troisième millénaire. Il n’en a pas toujours été ainsi. Au milieu du XXe siècle, rompant avec les visions hautaines développées durant au moins un siècle en Occident, des chercheurs commencèrent à faire émerger des réalités inédites. En relatant leurs découvertes avec un grand souci d’honnêteté ou en donnant la parole à ceux que l’on n’avait jusqu’alors pas ou peu écoutés. Dans le feu de ce mouvement intellectuel déboula Jean Malaurie qui, en lançant une collection de livres remarquables, a bouleversé les certitudes passées et incité d’innombrables lecteurs à courir les routes… Créée en 1955, « Terre Humaine », éditée par Plon, fête aujourd’hui ses cinquante années d’activités.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de livre. Les tentes, tipis, yourtes et autres igloos font rêver le sédentaire. « Vive la liberté ! » s’exclame-t-il. Oui mais, se dit-il aussitôt, c’est un peu inquiétant de vivre comme ça, en plein vent, dans le froid polaire ou les chaleurs torrides du désert… Finalement, que savons-nous de ce mode de vie rencontré partout sur la planète ? Pas grand-chose, il faut bien le reconnaître. C’est pour cette raison qu’on louera Denis Couchaux d’avoir commis ce livre extrêmement précis, concis et clair, dans lequel il nous raconte qui sont les peuples nomades, de quelle manière ils voient le monde et les raisons pour lesquelles ils ont conçu leur habitat comme ci ou comme ça.

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. « Je hais les voyages et les explorateurs. Et voici que je m’apprête à raconter mes expéditions. » La phrase d’ouverture de Tristes Tropiques, l’ouvrage le plus célèbre de Claude Lévi-Strauss, est restée Claude Lévi-Straussfameuse. Ce qu’on lit ensuite dans ce livre la contredit largement car, sans voyage, son auteur ne serait pas devenu un des plus importants ethnologues de son temps, ni non plus un des penseurs essentiels du XXe siècle. Il est de ceux qui ont contribué à modifier le regard de leurs contemporains sur les peuples dits « primitifs » et d’une manière générale sur les cultures autres que françaises et européennes. Grâce à Tristes Tropiques, l’homme qui n’aimait pas les voyages est d’ailleurs devenu un auteur fétiche pour de nombreux amoureux de la route !

Ce dossier vous guide à travers une vie bien remplie, en s’intéressant aux événements qui l’ont marqué, ainsi qu’aux idées qui en sont issues. Nous, nous aimons les voyages et les explorateurs. Et voici que nous nous apprêtons à raconter, entre autres, les expéditions décisives de Lévi-Strauss au Brésil…

(suite…)

Read Full Post »

MIKE DAVIS Le pire des mondes possiblesCritique de livre. Terrible et fascinant tableau que celui-ci ! Chercheur indépendant, à la fois ethnologue, sociologue et historien, cet auteur américain nous envoie en pleine figure des réalités que les citoyens des pays de l’hémisphère Nord ne connaissent qu’imparfaitement, même si nombre de voyageurs ont pu constater tout ou partie de ce qu’il dépeint. Les mégalopoles du tiers-monde sont entrées depuis les années 1970 dans une phase d’extension exponentielle en agrégeant des populations pauvres ou misérables d’origine rurale dans leurs périphéries ou leurs centres. Un milliard d’êtres humains y vivent dans un environnement excessivement précaire.

(suite…)

Read Full Post »

« Sociologie du tourisme » (La Découverte)Critique de livre. Étonnant : cet ouvrage nous révèle que l’intérêt des sociologues pour le tourisme est relativement récent. S’appuyant sur les travaux parus ces dernières années, les auteurs réussissent à brosser un tableau général avec clarté. Né en Angleterre au XVIIe siècle avec le Grand Tour que les aristocrates entreprenaient en Europe, notamment en Italie, le tourisme a évolué au cours des siècles. S’il s’est peu à peu ouvert à la bourgeoisie et aux classes moyennes puis populaires, on note cependant qu’il a pris des formes adaptées à chacun de ces publics. Car il s’agit d’un marché segmenté, offrant des solutions distinctes – tout le monde ne se rend pas dans mêmes stations balnéaires par exemple – et innovant sans cesse pour attirer prioritairement une clientèle riche ou relativement aisée.

(suite…)

Read Full Post »

Interview. Fondateur du très renommé label discographique Ocora, Charles Duvelle enregistre depuis quarante ans des musiciens traditionnels partout dans le monde, qu’ils soient professionnels ou pas. Après avoir quitté Ocora, il s’est consacré à la composition, puis est revenu à l’édition de disques avec la collection Prophet. Alors que cette dernière se boucle avec un quarantième volume, Duvelle, électron libre de l’ethnomusicologie, nous raconte son aventure.

÷

« J’ai eu, je pense, un choc comparable à celui des peintres du début du vingtième siècle, lorsqu’ils ont été confrontés aux arts dits primitifs »

Peut-on dire que vous êtes un ethnomusicologue ?

Être ethnomusicologue, c’est faire un peu d’ethnologie, d’ethnographie et de musicologie. Moi, je suis avant tout pianiste et compositeur. C’est donc en tant que musicien que j’ai voyagé et enregistré des musiques traditionnelles. J’ai cherché à les aborder le mieux possible, sans préjugé. Pas à les comprendre ou à les expliquer, car je ne pense pas que l’on puisse avoir cette prétention. Quitte à choisir une étiquette, je préfère le terme de musicologue. On devrait appeler ethnomusicologues les gens qui s’occupent d’une petite chose de la musicologie. Or ce qui est censé être de l’ethnomusicologie, c’est l’étude des musiques pratiquées par 95% de l’humanité, tandis que ce que l’on nomme musicologie est consacré aux œuvres des 5% qui restent. Berlioz, par exemple, relève plus de l’ethnomusicologie que l’étude de la musique chinoise. Cette dernière représente un grand pan de l’humanité, alors que Berlioz est un microphénomène de la musique du monde.

(suite…)

Read Full Post »

Événement. Sous le titre Claude Lévi-Strauss a 100 ans, le musée du Quai Branly célèbre l’anniversaire du grand ethnologue en ouvrant ses portes à tous et en organisant plusieurs événements dans ses murs durant une journée entière. Rendez-vous le 28 novembre 2008 pour une journée spéciale où le musée ouvrira ses portes gratuitement de 11h à 21h.

÷

Si des chercheurs comme Claude Lévi-Strauss n’avaient pas lutté tout au long du XXe siècle contre des préjugés tenaces, des musées comme celui du Quai Branly n’existeraient pas. Avant eux, il était commun de considérer que les peuples aujourd’hui qualifiés de « premiers » étaient par principe incapables de produire quoi que ce soit d’important du point de vue culturel. Tout juste pouvait-on trouver amusant ou décoratif ce qui est à présent étudié avec sérieux ou exposé avec respect. À travers des objets divers, destinés aussi bien à la vie quotidienne qu’aux rites ou aux loisirs, le musée du Quai Branly rend justice à de nombreuses civilisations africaines, asiatiques, océaniennes et amérindiennes.

(suite…)

Read Full Post »