Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Soul’

Dossier. Espaces où se concentrent et se brassent des populations venues de divers horizons, les villes sont des lieux propices à l’émergence de formes musicales originales. Issues de cultures locales, nourries d’influences extérieures, modernisées ou respectueuses de la tradition, elles sont devenues des emblèmes de ces cités, voire d’un pays tout entier. Les découvrir au cours d’un séjour fait partie des bonheurs que l’on peut s’offrir lors de ses voyages. Nous vous invitons dans ce dossier à suivre de belles partitions à travers le monde.

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Interview. Fameuse chanteuse de jazz, Dee Dee Bridgewater fait un pas de côté en se dirigeant vers Memphis (Tennessee) où ont été façonnés de grands chefs-d’œuvre du blues et de la soul. Native de cette ville ô combien musicale, elle s’y est rendue pour enregistrer un florilège de chansons des années 1960 et 1970 appartenant à ces genres qui ont bercé son enfance et son adolescence. Elle les interprète avec un naturel confondant.

÷

C’est la première fois que vous vous consacrez résolument au blues et à la soul…

J’ai eu envie de m’amuser après avoir connu une période difficile. J’avais besoin de légèreté et de simplicité. Je me suis fait un cadeau, d’autant plus que pendant longtemps, je n’ai pas pu chanter de blues car ma mère m’avait fait promettre de ne pas le faire. Chez les gens de sa génération, c’était une musique considérée comme diabolique…

(suite…)

Read Full Post »

LisaSimone3©AlexandreLacombe_bassdef.jpgInterview. Lisa Simone est parvenue à se faire un prénom, ce qui n’était pas forcément gagné d’avance ! La fille de Nina Simone a parcouru le monde, enfant puis adulte, notamment en s’engageant dans l’armée états-unienne. Elle a fait partie de groupes et chanté dans des comédies musicales avant de construire une carrière solo depuis la France. Les chansons soul blues et jazz teintées de gospel de cette artiste à la voix chaude forment un univers intime dans lequel on se sent le bienvenu. Le concert qu’elle donne aujourd’hui en plein air en donne un florilège, auquel elle ajoute des titres chantés par sa mère.

÷

Dans quelle mesure la carrière de votre mère vous a influencée dans votre décision de chanter ?

La voix de ma mère et la musique étant les premières choses que j’ai entendues, il y a donc quelque chose de naturel pour moi dans le fait de chanter. Quand je regarde en arrière, je réalise que je ne porte pas seulement l’héritage familial, je fais ce pour quoi je suis destinée. La musique et la scène coulent dans mes veines.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Voulez-vous danser le boogaloo ? Mélange de musiques afro-cubaines et de soul, auquel on a ajouté une belle rasade de jazz et une pincée de rock psychédélique, ce genre a connu son heure de gloire à la fin des années Boogaloo1960 du côté de Nueva York. Apparu après la grande époque du mambo et du cha-cha-cha et juste avant celle de la salsa, le boogaloo disparut assez vite. Comme d’autres micromouvements musicaux, tels que le rocksteady jamaïcain ou le glam rock britannique, il ne jouit d’une renommée qu’au sein de cercles restreints de connaisseurs. Et c’est bien dommage ! Cette anthologie est une parfaite initiation pour qui veut succomber aux sortilèges boogalesques. Certains des artistes qui y figurent sont fameux : Tito Puente, Ray Barretto, Willie Colon, Bobby Valentin en sont, ainsi que la diva Celia Cruz, qui nous chante Tumbaloflesicodelicomicoso. Comme le titre de cet air l’indique, le boogaloo est principalement fait pour s’amuser et danser.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Figure singulière de la soul anglaise, Keziah Jones n’a jamais oublié ses origines nigérianes. Il le prouve avec ce disque nourri par ce qu’il a vu, appris, ressenti lors de ses nombreux voyages à Lagos et en pays Yoruba. Cependant, on ne trouve rien de particulièrement roots ici, mis à part les trois titres de style folk qui concluent l’album. Ce dernier consiste principalement en une enfilade de hits imparables élaborés selon les canons du groove – mélodies entraînantes, perfection de l’orchestration, chant sensuel -, à la manière de musiciens tels que Curtis Mayfield et Prince. Mais, pour parfaire son œuvre, Keziah Jones en a également appelé à l’esprit de son compatriote Fela Anikulapo Kuti, le génie de la musique africaine contemporaine. Et cela a marché car, bien que n’étant plus de ce monde terrestre, le légendaire propagateur de l’afro jazz a répondu présent et est venu hanter quelques chansons de cet impeccable Black Orpheus.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Du groove, du groove, du groove ! Le trio Medeski, Martin and Wood n’y va pas par quatre chemins. On est à New York : le macadam parait sans fin, l’atmosphère est lourde, ça déambule, ça court et ça roule dans les rues… Rares sont les cités que l’on peut portraiturer en musique et rares sont les musiciens qui savent faire cela. John Medeski (claviers – il en joue de douze ! Orgue Hammond, piano, Mellotron, etc.), Billy Martin (percussions) et Cris Wood (basses) ont élaboré la matière dont sont faits les thèmes de ce disque lors d’improvisations dans leur studio de Brooklyn, puis les ont sculptées en compagnie de scratcheurs et de souffleurs qui sèment de-ci de-là quelques effets d’une grande efficacité, car intelligemment minimalistes. Le jazz n’est plus tout à fait ce qu’il était au siècle dernier. Ses praticiens, en ce début de millénaire, ont digéré le funk (en l’occurrence, celui des néo-orléanais Meters, notamment), le rock, le hip hop, le dub et les différents courants de l’électro.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Lancée avec majesté par le titre « Astounded », chanté par feu-Curtis Mayfield, cette salve de chansons affriolantes fait suite à Glee, prodigieux album qui annonçait la naissance d’un collectif singulier. Réunion d’esprits allumés, ce dernier frappe avec autant de puissance que Massive Attack en son temps. Les préceptes édictés par les gurus de Bristol sont d’ailleurs parfaitement suivis par les petits lutins canadiens de Bran Van 3000. D’abord, il convient de ne se faire connaître que par sa musique, d’éviter la personnalisation des uns et des autres au profit de l’œuvre commune. Ensuite, il ne faut pas avoir de préjugés : nul style musical ne doit être ignoré – même chose pour les instruments. Enfin, il est bon de faire appel à des invités choisis pour leur couleur vocale. Ici, on entend donc le soulman Curtis Mayfield, mais aussi le Sénégalais Youssou n’Dour, le rapper Big Daddy Kane, le rocker minimaliste Momus, le DJ jamaïquain Eek-A-Mouse, ou encore, l’Indien Badar Ali Khan.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »