Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Tango’

Dossier. Rock, électro, chanson, jazz, opéra… D’importants festivals rassemblent à travers la planète des centaines de milliers de mélomanes addicts aux sons des plus renommés artistes du moment. Pour vous aider à trouver la manifestation qui se trouvera sur votre route cet été, à moins qu’elle soit votre destination principale, routard.com vous invite à découvrir les programmes de 25 festivals incontournables. Ils le sont d’autant plus qu’ils se déroulent la plupart du temps sur ou tout près de sites remarquables : mer, montagne, nature, ville majeure… Pas étonnant que ces festivals soient des locomotives pour le tourisme !

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Critique de disque. Tisser des liens entre toutes les formes de tango inventées depuis cent ans, voilà ce à quoi Marcelo Mercadante parvient sans difficulté apparente dans ce disque envoûtant. Ce joueur de bandonéon argentin a été MARCELO MERCADANTE  « Con un taladro en el corazón »formé à Buenos Aires, notamment auprès de Juan José Mosalini que l’on connaît bien en France. Mais c’est à Barcelone qu’il vit et travaille, en particulier au sein du Quintito Porteño qui l’accompagne ici. La capitale argentine ainsi que Montevideo, ces deux cités qui se font face de chaque côté du Rio de la Plata, continuent de donner le la en matière de tango, c’est entendu. On sait aussi que Paris reste un grand pôle créatif en la matière – sans oublier Helsinki où la musique argentine passionne nombre de Finlandais. Mais, et l’Espagne ? On ne parle guère de ces artistes locaux ou émigrés argentins qui y font vivre une scène intéressante, en procédant par exemple à des mélanges entre tango et musiques ibères.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Cinq ans après La Revancha del tango, un premier album qui a amplement modifié le point de vue de nombreux auditeurs à travers le monde sur la musique du Río de la Plata, le trio Gotan Project a tenu à faire évoluer sa formule ô combien accrocheuse. Certes les figures langoureuses du tango et les rythmes électroniques font toujours bon ménage. Mais, pour ne pas se répéter, Eduardo Marakoff (guitare), Christophe H. Müller et Philippe Cohen Solal (basse, claviers) ont pris le parti de laisser leurs complices présents sur le précédent disque jouer avec leurs propres boîtes de couleurs. Il y a là le bandéoniste Nini Flores, auquel l’ensemble doit beaucoup, la chanteuse Cristina Vilallonga, la violoniste Line Kruse et le pianiste Gustavo Beytelmann, lequel s’est chargé de réaliser de majestueux arrangements pour section de cordes.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Le tango de Juan Carlos Cáceres n’est pas banal. Ce dernier propose en effet une reconstitution des premières formes de la musique née autour du Río de la Plata un peu avant la fin du dix-neuvième siècle. A cette époque, elle n’avait pas cette allure chic qu’elle allait prendre en pénétrant les salons parisiens. L’une de ses sources était le candombe des descendants d’esclaves africains encore assez nombreux en Uruguay et en Argentine, juste avant que ne déferlent d’Europe des centaines de milliers de migrants. Faute de disposer d’enregistrements de ce mythique proto-tango afro, on peut toujours essayer d’en retrouver les saveurs. C’est ce à quoi s’attelle depuis des années avec ferveur et talent le pianiste Juan Carlos Cáceres. Ce dernier est un jazzman argentin – ami du dessinateur Hugo Pratt qui chantait volontiers le blues dans les caves de Buenos Aires – qui débarqua en France durant le mois de mai 1968. Flambeur boogaloo au sein de Malón, mais aussi tanguero avec le groupe Gotán – à ne pas confondre avec Gotan Project -, il se fait accompagnateur de vedettes françaises, peintre, enseignant ; c’est une figure attachante de la scène latino parisienne.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Un trio international pour une musique qui mélange les genres : tango, électro et dub… Cette fusion inédite est née dans l’esprit du musicien électronique français Philippe Cohen Solal. Comme ce dernier, le pianiste suisse Christoph H. Mueller a travaillé pour des réalisateurs de films – ce fut également l’un des membres de l’éphémère formation world techno Touch El Arab. D’où une certaine aisance à créer des atmosphères prenantes. A la guitare, l’argentin Eduardo Makaroff apporte sa grande expérience de chef d’orchestre habitué des clubs où l’on chavire aux sons du tango – il a officié à La Coupole de Paris. Tel est le trio fondateur de Gotan (tango en verlan) Project.

(suite…)

Read Full Post »

Dossier. À 100 ans bien sonnés, le tango est en pleine santé. À la fois danse et musique, il continue de passionner des millions d’aficionados à travers le monde. Partout, on apprécie tout autant ses formes les plus anciennes que ses résurgences modernistes.

Vle tango, René Gruau, 1910oilà soixante-dix ans, une étonnante rencontre a eu lieu entre deux immenses figures de la musique argentine. On est à New York, un jeune bandéoniste de 13 ans joue devant le chanteur Carlos Gardel, un ami de ses parents. Le petit Astor Piazzolla ignore presque tout du tango et a à peine conscience d’avoir devant lui une grande vedette. Séduit par le talent du muchacho, Gardel l’embauche pour figurer dans son prochain film, El día que me quieras. Et surtout, il lui propose de participer à sa prochaine grande tournée qui va bientôt démarrer. Piazzolla est retenu à New York et regrette de ne pas avoir rejoint l’orchestre de Gardel. Pourtant, c’est durant ce périple que l’avion du chanteur s’écrase avec ses musiciens le 23 juin 1935 sur l’aéroport de Medellin, en Colombie…

Aujourd’hui, personne ne les a oubliés. Ni l’un, ni l’autre. Signe supplémentaire que le tango n’a pas fini de nous faire danser et de nous émouvoir.

(suite…)

Read Full Post »

Critique de disque. Parfait héros du tango argentin, Carlos Gardel fut et reste une idole incontestée d’un genre musical hyper sensuel, à la fois viril et féminin. Très rythmiques bien qu’exemptes de percussions, langoureuses au possible, ses chansons n’ont pas pris une ride. Natif de Toulouse, Charles Romuald Gardes CARLOS GARDEL « 38 chefs-d’œuvre » (Frémeaux & associés)grandit dans les faubourgs de Buenos Aires où, enfant, il apprend à maîtriser les chants de la ville comme ceux de la campagne argentine. Sa voix s’impose vite, notamment lorsqu’il fait sortir le tango des bouges où il a vu le jour. Pudique dans l’expression de sentiments violents, Carlos Gardel séduit au-delà du public argentin – c’est même l’une des premiers chanteurs à jouir d’une reconnaissance mondiale. Il meurt de cette célébrité un jour de 1935, lorsque son avion ne peut éviter un autre appareil en bout de piste sur l’aéroport de Medellin en Colombie. Il va sans dire que cette fin tragique transforme alors la vedette en martyr. Noblesse et simplicité du chant, élégance et précision des orchestrations : ce double cd est absolument indispensable dans toute discothèque digne de ce nom.

Michel Doussot

Mis en ligne en 2001 sur routard.com

Read Full Post »