Feeds:
Articles
Commentaires

Dossier. L’engouement pour les séries télévisées est phénoménal. Il s’en lance tellement que beaucoup ne savent pas vers quelles productions se tourner. Le tour d’horizon que vous offre blogpasblog est destiné à vous orienter vers les meilleures d’entre elles en les regroupant selon leur acte de baptême. Chaque sélection prend la forme d’un work in progress. À suivre donc…

Sommaire : Dead Still • I Know This Much Is True • Kalifat • Mrs. America • Never Have I Ever • The English Game • The Outsider • The Plot Against America • Unorthodox • Upload • ZeroZeroZero

Lire la suite »

Précision

WordPress insère des messages publicitaires sur ce blog de son propre chef. L’auteur des articles mis en ligne ne peut donc être tenu responsable de la teneur de ces messages, dont il ne tire aucun profit.

Dossier. Il n’y a pas que Paris en Île-de-France ! À l’ouest de la capitale, portant le numéro 92, le département des Hauts-de-Seine forme un croissant bien appétissant. Doté de grands espaces verts agrémentés de châteaux, ce territoire où s’étend aussi le quartier de La Défense, hérissé de gratte-ciels, est également riche en musées et autres lieux culturels.

Lire la suite »

Dossier. Partir à la découverte des belles villes de France sans prendre une auto, rien de plus facile. Il suffit de monter à bord d’un train et de se laisser conduire au cœur de cités riches en choses à faire ou à voir le temps d’une journée ou plus. Pas de fatigue liée à la conduite, pas de stress pour trouver où se garer… Dès votre sortie de la gare vous êtes à pied d’œuvre ! Que celles et ceux qui aiment la France prennent le train pour Marseille, Lyon, Bordeaux, Lille, Strasbourg, Rennes, etc. !

Lire la suite »

Dossier. Il n’y a pas que Paris en Île-de-France ! Au sud-est de la capitale, portant le numéro 94, le département du Val-de-Marne vous invite à faire des escapades le long de la Marne, à découvrir de séduisants parcs et jardins, un beau patrimoine architectural, de nombreux lieux culturels, des spots de street art…

Lire la suite »

Interview. Avec le quintette Papanosh, le chanteur André Minvielle a mis en musique des poèmes de Jacques Prévert. C’est à la fois sérieusement fait et plein de fantaisie. Assister à leur « Prévert Parade » est un bonheur qui ne se refuse pas !

÷

Qu’est-ce qui a déclenché la réalisation de cette « Prévert Parade » ?

Le comédien Fellag, avec qui j’ai travaillé, a suscité en moi un grand intérêt pour cet auteur en me passant le poème « Étranges étrangers ». J’ai bricolé une adaptation que j’ai envoyée aux ayant droits, lesquels l’ont apprécié et m’ont encouragé à aller plus loin.

Lire la suite »

Interview. En compagnie de la pianiste Hélène Couvert, la flûtiste Juliette Hurel rend un très bel hommage à des compositrices françaises qui ont écrit de superbes œuvres au tournant des 19e et 20e siècles. En seconde partie, elles reçoivent le renfort de la comédienne Julie Depardieu pour évoquer Misia Sert, née Marie Sophie Olga Zénaïde Godebska et surnommée « reine de Paris », pianiste et figure importante de la vie culturelle de cette époque.

÷

Augusta Holmès, Mel Bonis, Clémence de Grandval, Cécile Chaminade, Lili Boulanger : la plupart des compositrices dont les œuvres figurent à votre programme sont méconnues…

Ce qui n’est pas normal ! Quelques-unes ont connu une certaine célébrité, mais il faut dire que composer de la musique quand on était une femme à cette époque, ça ne se faisait pas. C’est pour cela que Mélanie Bonis est devenue Mel Bonis, afin que l’on ne sache pas qu’il s’agissait d’une femme. Mais ce n’est pas cet aspect des choses qui nous a incité à créer ce programme, même si le fait qu’il réunit des pièces écrites par des femmes lui donne une unité. C’est la curiosité qui nous a guidé. Personnellement, j’ai un faible pour la musique française de la fin du 19e siècle et du début du 20e. Surtout, évidemment, pour les œuvres destinées à être jouées à la flûte qu’ont composées Fauré Debussy, Ravel…

Lire la suite »

Interview. La chanteuse Lou Tavano et son compagnon, le pianiste Alexey Asantcheeff, ont composé une série de beaux morceaux, profonds et intenses. À découvrir en club, chez le Duc des Lombards !

÷

« Uncertain Weather » est un titre très évocateur…

L. T. : Cet album a été conçu au cours de séjours en Écosse, à Greenoch dans les Highlands. J’avais besoin de m’isoler pour faire le point sur ma vie. Nous étions dans une maison située face un paysage extraordinaire que je contemplais depuis un canapé situé dans un bow-window. J’assistais au spectacle qu’offrait la nature : pluie, tempête, grand soleil, ou même neige… Cette météo changeante correspondait parfaitement à ce qui se passait en moi !

Lire la suite »

Interview. Anne la pianiste et son frère Yann l’écrivain vous invitent à vous rendre au port de La Scala pour vous élancer avec eux dans un périple musical et littéraire sur le thème de la mer. Cette grande artiste qu’est Anne Queffélec nous présente ce concert pas comme les autres qui est logiquement intitulé « En musique en mer ».

÷

Quel est votre rapport à la mer ?

Pour Yann comme pour moi, c’est quelque chose qui est lié à l’enfance. Nous sommes d’origine bretonne et nous avons passé beaucoup de temps chez notre grand-mère dans une maison située près de Brest, dans le Finistère. Les sensations que suscitent un tel environnement naturel, très puissant, restent profondément ancrées en vous, beaucoup plus que ce que vous avez pu vivre dans votre appartement parisien !

Lire la suite »

Interview. Le pianiste belge Éric Legnini a écrit une très plaisante collection de chansons sans paroles qu’il interprète en trio, au disque avec le contrebassiste Thomas Bramerie et un guitariste, tantôt Rocky Gresset tantôt Hugo Lippi, chacun des deux possédant un style personnel. Ce beau travail dont le titre, « Six Strings Under », est un clin d’œil à la fameuse série « Six Feet Under » qu’il apprécie particulièrement, est à découvrir en club à l’approche de Noël. Un beau cadeau à se faire !

Lire la suite »

Interview. Stéphanie chante accompagnée de Mathieu à la guitare. Avec beaucoup de délicatesse, le fraternel Duo Varnerin nous offre un bouquet de mélodies françaises dont les musiques ont été composées par Fauré, Debussy, Hahn, ou Séverac, afin de porter les textes de poèmes signés Mallarmé, Verlaine ou Charles Duc d’Orléans. De sa belle voix de soprano, Stéphanie Varnerin évoque ici le travail d’orfèvre qu’elle a accompli avec son frère.

÷

Quand on chante des mélodies, c’est normalement un piano qui assure les parties instrumentales. Qu’est-ce que cela apporte de le remplacer par une guitare ?

Cela permet par exemple de donner de nouvelles couleurs ou un peu plus de relief à ces œuvres. Nous ne les avons cependant pas fondamentalement modifiées.

Lire la suite »

Dossier. La France est couverte de musées en tout genre. Leur origine remonte en grande partie à la Révolution Française, quand il s’agissait autant de préserver les collections privées du pillage que de les montrer au grand public. Cet élan s’est amplifié au gré de diverses politiques culturelles nationales et locales, tandis que se créaient aussi des institutions privées. C’est ainsi que dans chaque grande ou moyenne ville du pays, on peut visiter un musée présentant de l’intérêt grâce à ses collections, qu’elles soient de dimensions modestes ou grandioses, à la pertinence de sa manière d’approfondir un thème précis, à ses expositions temporaires, ses animations, ou encore à son architecture. Voici une sélection non exhaustive d’adresses incontournables. Suivez le guide !

Lire la suite »

Dossier. Il n’y a pas que Paris à Paris ! Portant le numéro 93, la Seine-Saint-Denis est l’un des plus jeunes départements français, ce qui ne l’empêche pas d’être l’héritier d’un long passé. Son étonnant patrimoine architectural et naturel, dont la pièce maîtresse est la basilique cathédrale de Saint-Denis, incite à aller se balader dans ce territoire qui voisine Paris au sein de la Région Île-de-France.

Lire la suite »

Ce que les street artistes nous dis(ai)ent au sujet du (dé)confinement

Photos de Michel Doussot

Lire la suite »

Reportage. L’humoriste Alphonse Allais proposait de construire les villes à la campagne afin d’assurer une meilleure vie à leurs habitants. Et si on faisait l’inverse ? Établir un peu de campagne en ville, c’est ce que tentent de réaliser divers partisans de l’agriculture urbaine. Pour le plaisir, à des fins pédagogiques, sociales, commerciales… Les initiatives se multiplient, certaines ne durent qu’une saison, telles que celles qui se déploient dans le cadre de spots éphémères aux beaux jours, d’autres se pérennisent.

÷

Pour pratiquer l’agriculture à Paris, il faut se creuser la tête et y piocher de bonnes idées, car il est évidemment difficile de trouver de grandes parcelles disponibles dans la capitale ! On pourrait transformer le vaste Champ de Mars en terres cultivables, mais avouons que cela serait un peu compliqué… Aussi faut-il dénicher des emplacements libres, tels que ces terrains non construits situés entre deux immeubles, qualifiés de dents creuses en termes d’urbanisme, ou à l’angle de deux rues, ou bien le long d’une voie de chemin de fer… Ces terrains sont mis à profit afin de créer des jardins comprenant fréquemment des potagers. Quand ils ne sont pas librement ouverts au public, il faut prendre contact avec les gens qui s’en occupent pour se pencher sur ce qui y pousse. Certains font l’objet de visites, libres ou guidées, comme c’est le cas à la ferme urbaine (potager, basse-cour…) de La Recyclerie, qui couvre près de 1 000 m² (18e).

Lire la suite »

Dossier. Avec le printemps, une brassée d’événements consacrés au jardinage et à la nature, de même que des manifestations culturelles et festives éclosent chaque année. À vous de choisir votre ou vos temps forts parmi ceux que nous vous proposons dans ce dossier. Trouver des ides pour embellir votre jardin, écouter de la bonne musique au cœur d’un espace vert, tout est possible, même de participer ou assister à des compétitions sportives souvent originales.

Lire la suite »

Reportage. « Le premier centre d’art urbain flottant au monde, un lieu unique ». C’est ainsi que se définit Fluctuart qui ouvre ses portes en juin sur les berges de Seine à l’ombre du pont des Invalides. Le fait est que ce nouvel espace culturel n’est pas banal…

÷

C’est un drôle de bâtiment, doté d’une structure métallique et quasi entièrement transparent, qui s’offre aux visiteurs, lesquels y trouvent des expositions temporaires monographiques ou thématiques, de même qu’une collection permanente. Les œuvres présentées appartiennent à ce grand ensemble que forment les diverses tendances de l’art urbain, ou street art. À cela s’ajoutent des événements culturels et festifs, des ateliers pour enfants, des conférences, lectures, projections…

Lire la suite »

Reportage. Une inscription peinte sur un porche vous indique l’entrée d’une de ces voies discrètes qui font le charme de Paris : Villa du Lavoir. C’est ici qu’un bâtiment désaffecté a été transformé en une sorte de manufacture dédiée à la création et aux métiers d’art. Elle a été conçue pour accueillir 13 professionnels œuvrant dans différents domaines.

÷

Longue de 54 mètres, l’impasse de la Villa du Lavoir donne dans la rue René Boulanger, laquelle est parallèle au boulevard Saint-Martin qui va la place de la République à la Porte Saint-Martin. Comme son nom l’indique, elle abritait un lavoir. Ce qui la constitue aujourd’hui, ce sont des immeubles d’habitations et des locaux dédiés à diverses activités. Un de ses bâtiments a été réhabilité durant deux ans pour créer une cité artisanale riche de 13 ateliers répartis sur quatre niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée, deux étages), auxquels s’ajoutent huit logements sociaux indépendants de ces ateliers, une cour intérieure, ainsi qu’un jardin sur le toit.

Lire la suite »

Interview. « Léonard de Vinci – La musique secrète » est le titre d’un concert de l’ensemble Doulce Mémoire donné à l’auditorium du Louvre, musée qui consacre comme on le sait une exposition événement au peintre de « La Joconde », tableau star de l’institution. On doit le beau programme de la soirée à Denis Raisin Dadre, flutiste et directeur de cet ensemble instrumental et vocal spécialisé dans la musique de la Renaissance. Il a mené avec passion de fructueuses recherches afin de retrouver les airs que Léonard de Vinci a pu interpréter.

÷

Peut-on suivre l’exposition en écoutant les enregistrements figurant sur votre disque ?

Absolument, je pense même que cela peut être très intéressant.

Lire la suite »

Interview. Le compositeur et guitariste Frédéric Maurin s’est vu confier la direction artistique de l’Orchestre National de Jazz cette année. Jusqu’en 2022, l’ancien meneur de l’ensemble Ping Machine va développer des programmes inédits, mais aussi valoriser le répertoire de cette formation créée en 1986.

÷

Quelle est l’orientation que vous voulez donner à l’orchestre ?

J’ai décidé de ne pas privilégier une esthétique, chaque programme représentera un style. Nous avons commencé avec « Dancing in Your Head(s) », un hommage à la musique de Ornette Coleman et « Rituels », une œuvre collective et originale créée avec des chanteurs. Nous faisons de grands écarts, ce qui ne m’était pas facile à faire avec Ping Machine. Là, ça l’est, c’est même constitutif de notre mission. Nous allons aussi nous adresser au jeune public avec des spectacles spécifiques, ce qui n’existait pas auparavant. Il s’agit notamment d’un conte musical autour du mythe de Dracula. De plus, un orchestre constitué d’élèves issus d’écoles de musique ou de conservatoires va avoir pour tâche de faire vivre le répertoire de l’ONJ dont les premières pièces remontent à 33 ans, cela avec d’anciens directeurs de l’orchestre.

Lire la suite »

Interview. Dirigeant l’orchestre de sa compagnie La Tempête, Simon-Pierre Bestion propose un spectacle très original,« Bach the Minimalist », avec la complicité de Jemma Woolmore laquelle se livre à une performance mapping video live. Des pièces du génial Jean-Sébastien y sont mélangées à d’autres, qualifiées de minimalistes, qui ont été écrites par des compositeurs des 20e et 21e siècles. Envoûtant !

÷

Votre compagnie se nomme La Tempête : c’est ce que vous promettez à vos spectateurs ?

Ah ! Habituellement, on me demande si c’est un hommage à la pièce de Shakespeare. Mais l’idée de la tempête me plait. Les éléments se déchaînent puis on attend de voir ce qui va se passer après, s’il va y avoir quelque chose de nouveau…

Lire la suite »

Interview. La violoncelliste aventureuse Sonia Wieder-Atherton a commencé en 2012 un cycle de concerts hors norme, intitulés chacun « Odyssée ». À l’occasion de Nuit blanche, elle en donne six versions à la Cité de la musique. Cette invitation au voyage faite aux spectateurs, libres d’aller et venir dans la salle, les embarquera dans un périple sonore et visuel passant par les mondes de Bach, Bellini, Prokofiev, Krawzyck, Aperghis, ou Schumann, dont des œuvres croisent la route de pièces de Sonia Wieder-Atherton inspirées par des chants corses, hébraïques, ou arabo-andalous.

÷

Votre spectacle porte un titre évocateur. De quoi s’agit-il ?

C’est l’histoire d’un voyage d’une femme violoncelliste, laquelle est confrontée à différents sons. Je joue avec une bande-son comportant des bruits de vagues, de vent, de coups de tonnerre, etc. On y entend aussi des voix enregistrées dans divers lieux, au cours de résidences. Ce peut être une chanteuse, un écrivain, des enfants… Enfin, des gens qui avaient envie de participer à ce voyage !

Lire la suite »

Interview. ne chante pas comme tout le monde et c’est une bonne chose ! Modulant en douceur sa voix, il vous subjugue sans difficulté. Avec Sandrine Marchetti (piano) et Paul Jarret (guitare), il présente ce soir les titres de « Vind », son dernier album en date, lequel lui « procure un sentiment d’aboutissement, de bien-être, d’évidence ». À nous aussi !

÷

« Vind », cela signifie vent dans les langues scandinaves. On pourrait dire qu’il s’agit plus d’une brise que d’une tempête…

Une brise, oui, mais qui cache une tempête intérieure ! Le vent est un élément que j’adore et il me paraissait idéal de choisir l’un des noms qu’on lui donne pour le titre de l’album. Consultant des dictionnaires, je tombais sur des mots comme mistral, par exemple, mais cela me semblait trop typé. Vind est plus général et comme j’aime beaucoup les musiques scandinaves, cela a été une évidence que de le choisir. D’ailleurs, je vais le conserver pour nommer notre groupe.

Lire la suite »

Reportage. Hanoi fait partie de ces métropoles du sud-est asiatique qui vous électrisent dès que vous y posez le pied. On s’y fond allégrement dans un mouvement semblant être perpétuel qu’incarne le ballet incessant des scooters, véhicules qui roulent par vagues dans les rues et artères de cette ville moderne et néanmoins millénaire. Le spectacle est permanent dans la capitale du Vietnam, au cœur de son vieux quartier comme dans ceux qui l’enserrent en centre-ville, tel que le secteur conçu par les Français. Passant de l’un à l’autre sans difficulté, vous découvrez une population dynamique, des monuments ou des musées qui font de cette cité bordée par l’imposant fleuve Rouge une destination incontournable. Pour ne rien gâcher, on y trouve quantité d’hébergements et restaurants de qualité.

Lire la suite »

Le port croate de Rijeka a été désigné Capitale européenne de la culture pour l’année 2020 par l’Union européenne, de même que Galway, son homologue irlandais. Moins connue que Zagreb, Split ou Dubrovnik, cette ville qui se trouve sur le golfe du Kvarner, a préparé un programme d’événements mettant en valeur les richesses de son patrimoine et la vitalité de sa culture, savante ou populaire. Et si vous en profitiez pour la (re)découvrir ?

Lire la suite »

La ville irlandaise de Galway a été désignée Capitale européenne de la culture pour l’année 2020 par l’Union européenne, de même que Rijeka, cité croate. À cette occasion, Galway a préparé un programme d’événements mettant en valeur les richesses de son patrimoine et la vitalité de sa culture, savante ou populaire. C’est le moment de la (re)découvrir… Cap sur Galway, tout à l’ouest de l’île verte !

Lire la suite »

Reportage. Classés au patrimoine mondial de l’Unesco, le Mont-Saint-Michel et sa baie forment le premier site touristique visité dans l’Hexagone, hors Île-de-France. On comprend aisément pourquoi lorsqu’on se trouve face à ce Mont surmonté d’une fabuleuse abbaye. Sa silhouette se dessine à la perfection dans une vaste baie dont l’eau se retire à chaque marée basse pour révéler un paysage sablonneux. Au plaisir de sa découverte s’ajoute celui d’explorer le littoral de cette baie, lequel se partage entre Normandie et Bretagne.

Lire la suite »

Dossier. Envie de partir en week-end sans alourdir son bilan carbone ? Opter pour le train s’avère une excellente solution, notamment quand on dispose de peu de temps. Arrivé à destination, il vous suffira de sortir de la gare pour commencer votre escapade. À titre d’exemple, voici une sélection de belles villes européennes directement et quotidiennement accessibles depuis Paris ou d’autres villes françaises. L’évasion se trouve au bout du quai !

Lire la suite »

Dossier. Le département des Landes se constitue majoritairement d’une vaste forêt, essentiellement constituée de pins maritimes, laquelle est bordée une longue succession de plages et de dunes de sables donnant sur l’océan Atlantique. Au sud de la forêt se trouve la Chalosse, une terre vallonnée où l’on produit de très bonnes choses à boire et à manger ! Tout cela est à découvrir le long d’itinéraires transrégionaux et de voies vertes ou circuits VTT.

Lire la suite »

Interview. Vivant entre New York et son pays, la Corée, après avoir séjourné un bon moment en France, Youn Sun Nah effectue inlassablement des tournées à travers le monde. Nulle part on est insensible à sa technique de chant parfaite et aux émotions que sa voix suscite. Cette superbe artiste retrouve Paris le temps d’une soirée en plein air au Parc floral.

÷

Comme la batteuse française Anne Paceo qui partage l’affiche avec vous au Parc floral et beaucoup d’artistes de jazz aujourd’hui, vous intégrez diverses influences dans votre musique…

Oui, Anne Paceo est d’ailleurs une musicienne que j’apprécie beaucoup. Le jazz ne connaît aucune limite, il offre d’innombrables possibilités.

Lire la suite »

Interview. Le samedi en fin de journée, des espaces du château de Versailles se visitent en présence de musiciens et danseurs costumés comme au temps de Louis XIV ! Intitulé Sérénade Royale de la Galerie des Glaces, ce parcours est animé par des artistes de la Compagnie de Danse l’Éventail et de l’ensemble de musique baroque Les Folies Françoises dirigé par le violoniste Patrick Cohën-Akenine.

÷

Comment se déroule la Sérénade ?

C’est un dispositif bien rodé car cela fait plusieurs années qu’il existe. Vous êtes accueilli par un comédien dans le salon d’Hercule, puis une séance de chant accompagné de théorbe vous attend dans le vestibule de la Chapelle royale. Arrivé dans la Galerie des Glaces, vous assistez à une « turquerie », un ensemble de musiques et de danses qui évoque la venue d’un émissaire ottoman à la Cour de Louis XIV. La Sérénade se conclut par une scène d’escrime dans la cour de Marbre. L’idée est de montrer les différents arts que l’on enseignait et pratiquait à la Cour du roi. Écoutée lors de messes, de bals ou de soupers, la musique, par exemple, était permanente à Versailles, même si la radio n’existait pas encore !

Lire la suite »

Interview. La soprano Julie Fuchs nous offre un magnifique programme consacré au bel canto à l’Opéra royal du château de Versailles, de même que sur l’album Mademoiselle. Avec le grand talent qu’on lui connaît, elle interprète ce soir des airs de Rossini, Fioravanti, Donizetti, Raimondi, Berlioz et Barbieri en compagnie de l’Orchestre National d’Île-de-France dirigé par Paolo Arrivabeni.

÷

Qu’est-ce que le bel canto ?

Littéralement, cela signifie beau chant. En tant que terme générique, le bel canto qualifie un répertoire écrit pour mettre en avant la voix. On le doit à beaucoup d’Italiens, mais pas seulement. Il est associé à la période romantique, quoiqu’il soit plus ancien qu’on ne le croit.

Lire la suite »

Interview. Inscrite au programme de la série de concerts « Week-end Jazz en VF » de la Philharmonie, la batteuse Anne Paceo donne à cette occasion des titres de son nouvel album, Bright Shadows, à travers lequel elle s’aventure vers divers horizons musicaux en compagnie d’excellents instrumentistes et chanteurs.

÷

Le programme reflète-t-il bien ce qu’est le « jazz en VF » selon vous ?

Il est comme une photographie du jazz tel que le pratiquent des musiciens appartenant à une même génération, celle dont l’âge se situe actuellement entre 30 et 40 ans. Il expose bien la variété des propositions qui sont faites aujourd’hui, même si d’autres artistes encore auraient pu eux aussi y figurer, bien sûr !

Lire la suite »

Interview. Voici un printemps très florissant pour la pianiste Vanessa Wagner qui donne Inland, son nouveau projet en solo consacré à des œuvres minimalistes, retrouve son confrère violoniste Augustin Dumay pour une nouvelle conversation à deux, puis participe à un concert orchestral avec Les Solistes Français.

÷

Inland fait suite à Statea, programme également consacré à la musique qualifiée de minimaliste, réalisé avec le musicien électro Murcof…

Qui était constitué de pièces de compositeurs de Satie, Cage, ou Adams. Dans le même esprit, mais seule cette fois, j’explore ce répertoire très prolifique en mettant en avant des musiciens pour beaucoup peu connus comme Bryce Dessner, William Susman ou Nico Muhly, aux côtés de plus célèbres tels que Moondog, Philip Glass, Michael Nyman ou Wim Mertens. C’est une sorte de voyage au cours duquel s’enchaînent des atmosphères différentes, quoiqu’une certaine mélancolie se dégage de ces morceaux intimistes. Il n’y a pas si longtemps que j’ose jouer des œuvres de ce répertoire, même si j’en écoute depuis un bon moment. J’essaie de trouver un équilibre entre l’interprétation de ces pièces et d’autres, appartenant aux domaines classiques, de même que j’aime travailler avec des artistes de diverses disciplines, ou me produire dans des lieux inattendus. Sortir de sa zone de confort est une bonne chose.

Lire la suite »

Interview. Le superbe guitariste qu’est Biréli Lagrène est l’une des têtes d’affiche du Festival Jazz de Saint-Germain-des-Prés Paris. Il se produit ce soir en trio, afin d’interpréter les titres de son nouvel album, Storyteller, qui comprend entre autres des standards comme « On Green Dolphin Street », « Freedom Jazz Dance » ou « Wave ». Une occasion pour ce grand artiste de la six cordes de montrer l’étendue de sa palette sonore.

÷

Vous allez jouer dans le cadre d’un festival dont l’intitulé évoque la grande époque du Saint-Germain-des-Prés jazz…

Pas mal de choses se sont effectivement passées dans ce quartier à la fin des années 1940, notamment avec Django.

Lequel Django Reinhardt est une importante référence pour vous. Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez entendu sa musique ?

Difficilement car je l’ai écoutée dès ma petite enfance ! On en jouait tout le temps dans ma famille. Je me souviens quand même qu’assez rapidement, je me suis mis à passer ses disques et à prendre une guitare pour essayer de la reproduire. Ensuite, j’ai découvert d’autres genres comme le jazz rock de groupes comme le Mahavishnu Orchestra, ce qui m’a énormément marqué.

Lire la suite »

Reportage. À plus de 120 ans, le théâtre Marigny s’offre une nouvelle jeunesse. Ce palais des arts du spectacle qui trône sur les Champs-élysées, côté jardins, a fait l’objet de travaux durant cinq ans et rouvre ses portes ce 14 novembre avec Peau d’âne, show qui inaugure une programmation dédiée principalement au théâtre musical sous la baguette de Jean-Luc Choplin.

÷

Il a fallu mener d’importants travaux de réhabilitation et de rénovation pour que le théâtre Marigny puisse se présenter à nouveau sous de beaux atours, au point de revendiquer le titre de « plus beau théâtre du monde, sur la plus belle avenue du monde ». Site patrimonial, ce qui a rendu le chantier assez complexe, il a fait l’objet de nombreuses rénovations et mises aux normes de sécurité, d’accessibilité et de confort : structure, équipements scénographiques, loges… Le foyer a été agrandi, tandis qu’a été créé un restaurant de 120 places donnant sur les Champs-Élysées, dont la concession a été confiée à Costes. Inscrite au titre des monuments historiques, la grande salle a retrouvé son éclat (murs blancs, décors or, fauteuils rouges…) et la façade du bâtiment des décors historiques (cartouches moulurés, mascarons, pilastres…).

Lire la suite »

Reportage. « Vous avez 1 heure pour mener à bien votre mission… » Résoudre une énigme en 60 minutes, c’est le défi que doivent relever les participants à ces escape games qui se sont développés dans Paris ces dernières années, avec une rapidité saisissante. Bien que déjà adopté et très apprécié par un public conséquent, ce nouveau loisir n’a pas fini de séduire car il s’adresse au plus grand nombre.

÷

Escape game, cela signifie en français jeu d’évasion. Son principe est d’enfermer dans un espace un groupe, généralement constitué de trois à six personnes, et de lui soumettre une énigme à résoudre. Pour cela, il lui est nécessaire de trouver un certain nombre d’indices lui permettant de sortir gagnant de son aventure en huis clos. Vos appareils connectés étant proscrits, votre cerveau est votre seul outil, ainsi que vos mains tout de même car il vous est nécessaire de fouiller la pièce et de procéder à quelques manipulations.

Lire la suite »

Dossier. Les circuits de visite dans Paris et ses environs sont bien balisés en ce qui concerne les lieux les plus renommés : Tour Eiffel, musée du Louvre, quartier des Champs-Élysées, basilique de Saint-Denis… Mais ce que l’on appelle le Grand Paris, recèle quantité d’autres sites passionnants à découvrir. La boutique en ligne exploreparis.com en propose de très nombreux.

Lire la suite »

Reportage. Le littoral du nord Finistère sans ses phares ? Impensable, aussi bien pour les marins que pour les habitants et leurs visiteurs ! Ils sont en effet indissociables des paysages fantastiques qu’offre le littoral de ce territoire situé le plus à l’ouest de la France métropolitaine. La destination touristique Brest terres océanes a imaginé une pertinente Route de phares qui permet d’emprunter un circuit de rêve dans cette partie de la Bretagne. Routard.com vous éclaire sur tout ce que vous pouvez y trouver.

Lire la suite »

Dossier. L’Ardèche est un département qui s’étire en longueur entre Massif central et vallée du Rhône, ce qui donne à l’ancienne province du Vivarais une variété de paysages et de climats : tempéré au nord et méditerranéen au sud. Son réseau de parcours cyclables permet d’en savourer toutes les subtilités.

Lire la suite »

Dossier. La Suisse possède des vignobles remarquables. Partir à leur découverte est une manière très agréable de découvrir ce beau pays, en admirant de splendides paysages et en faisant des arrêts pour se livrer à des dégustations ou participer à l’un des événements joyeux que l’on y organise sur le thème du vin. L’un des plus importants est la Fête des Vignerons de Vevey, qui n’a lieu qu’une fois par génération !

Lire la suite »

Dossier. Le département normand de la Manche porte le nom de la mer qui le borde et dans laquelle il s’avance en formant une péninsule. Son territoire se constitue de bocages et de côtes dotées de falaises, de plages, de landes ou de marais. Plusieurs itinéraires pour cyclistes le traversent, ce qui permet d’en découvrir les beautés, notamment celles de sa perle précieuse qu’est le Mont-Saint-Michel.

Lire la suite »

Reportage. Partie sud de la Belgique, la Wallonie se distingue de la Flandre parce qu’on y parle français et aussi parce que son relief est en bonne partie vallonné (non, on ne fera pas le jeu de mot attendu…). Si elle n’est pas bordée par la mer comme le « plat pays », elle comprend des lacs, de nombreuses rivières et canaux, ainsi qu’un fleuve, la Meuse. Sur leurs rives s’étendent des paysages verdoyants et autres sites marquants, tels que des châteaux ou des villes comme Namur, capitale d’une région où l’eau sert aussi à produire des bières remarquables…

Lire la suite »

Dossier. Beaucoup de villes revendiquent le titre de « Venise ». Traversées par des canaux ou autres cours d’eau faisant souvent office de rues, elles ont généré des modes de vie spécifiques et offrent des paysages urbains originaux qui font le bonheur des habitants comme des visiteurs. Routard.com vous invite à découvrir 20 cités qui figurent parmi les plus belles « Venise » au monde, au nombre desquelles figurent évidemment l’emblématique Sérénissime !

Lire la suite »

Dossier. Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée : la région des Pays de la Loire rassemble des départements dotés d’une identité particulière, ce qui contribue à la rendre très attractive. On y trouve un littoral riche en stations balnéaires, le fleuve qui lui donne son nom et dont les rives accueillent des châteaux mythiques, de grandes villes comme Nantes, Angers, ou Le Mans, des campagnes verdoyantes traversées par de belles rivières… Ses 2 800 km d’itinéraires dédiés à la pratique du vélo permettent de la sillonner en douceur.

Lire la suite »

Reportage. Immense sculpteur moderne, Alberto Giacometti a été une des grandes figures du Montparnasse arty. C’est dans un hôtel particulier situé au cœur de ce quartier qui a très longtemps été le sien, qu’ouvre un institut qui lui est dédié. À partir du 21 juin, on va notamment y découvrir la reconstitution de son atelier.

÷

D’inspiration Art nouveau et Art déco, le bel hôtel particulier qui abrite l’Institut Giacometti a été construit entre 1912 et 1914. L’artiste décorateur Paul Follot a vécu et travaillé dans ce qui est aujourd’hui un lieu qui mérite lui-même une visite, d’autant plus que ses décors ont été restaurés par l’architecte en chef des monuments historiques Pierre-Antoine Gatier, son réaménagement et la scénographie des espaces de l’institut étant confiés à l’architecte Pascal Grasso. Celui-ci a imaginé un parcours labyrinthique mettant en valeur la configuration des pièces et permettant aux visiteurs d’être au plus près des œuvres présentées.

Lire la suite »

Dossier. Le printemps sera chaud, du moins l’espère-t-on… Car pour participer aux manifestations qui se déroulent en plein air dans les parcs et jardins de la capitale et de ses environs, mieux vaut qu’il fasse beau ! Des salons consacrés au jardinage, des événements culturels et festifs et aussi des défilés de coureurs sont au programme de la révolution verte qui va changer votre vie en mai et juin 2018 !

Lire la suite »

Reportage. Une fonderie pour les fondus d’art et tous ceux et celles qui ne demandent qu’à l’être… L’Atelier des lumières est comme son intitulé l’indique installé dans une ancienne installation industrielle. Niché dans le 11e arrondissement, c’est le premier centre d’art numérique à ouvrir ses portes dans la capitale. À partir du 13 avril, on va s’y plonger dans des expositions immersives monumentales. Le peintre mis à l’honneur dès cette date est Gustav Klimt dont on célèbre cette année le centenaire de la disparition.

Lire la suite »

Reportage. L’hippodrome de Longchamp se lance dans une nouvelle course, qui s’annonce épique. Si ce site reste dédié au hippisme, il va devenir un lieu encore plus ouvert qu’avant à divers événements culturels et activités de loisirs. Emblématique de ce nouveau départ, la journée d’inauguration de ParisLongchamp fixée au 29 avril vous invite, littéralement, à venir tester la nouvelle ambiance que va offrir dorénavant ce haut lieu de la vie parisienne.

÷

Une « destination moderne, élégante, branchée, nouvelle. Un lieu de vie pour prendre l’air, se promener, se restaurer, écouter de la musique, découvrir, admirer. » C’est ainsi qu’Édouard de Rothschild, président de France Galop, résume ce que va être l’hippodrome de Longchamp, renommé ParisLongchamp, lequel a fait l’objet de travaux conséquents durant deux ans avant d’entamer sa nouvelle vie. Des bâtiments ont été démolis, réhabilités, construits ou reconstruits selon les plans de Dominique Perrault (Bibliothèque Nationale de France, site Mitterrand). La grande nouveauté : une tribune longue de 160 mètres, surmontée d’un bâtiment vêtu de verre et couvert de 600 m² de panneaux photovoltaïques – il répond à la norme Haute Qualité Environnementale. Offrant un point de vue panoramique sur l’hippodrome, sa forme inclinée évoque un pur-sang au galop selon l’architecte, tandis que sa couleur s’harmonise avec la verdure environnante. À ce sujet, notez que 105 nouveaux arbres ont été plantés (600 en tout) et que 35 000 m² de pelouse ont été ajoutés (55 000 m² en tout).

Lire la suite »

Interview. Manon retrouve l’Opéra Comique, où cet opéra de Jules Massenet, adapté du roman Manon Lescaut de l’abbé Prévost, est né en 1884. Il est présenté dans une production mise en scène par Olivier Py avec, dans le rôle-titre, la flamboyante Patricia Petibon. Marc Minkowski en assure la direction musicale à la tête des Musiciens du Louvre. Quelle affiche !

÷

Qui est Manon ?

C’est une jeune femme dont on ne connaît pas le passé, qui cherche à briller, mais aussi à exister par rapport aux hommes. Avec le chevalier Des Grieux, elle vit une histoire passionnée, tous deux formant une sorte de couple à la Bonnie and Clyde !

Lire la suite »

Interview. De multiples influences irriguent les beaux morceaux que compose ce jeune pianiste, dont le jeu est aussi précis que brillant et généreux. Ils les interprètent ce soir en trio, avec les non moins excellents Dan Pappalardo à la contrebasse et Philippe Lemm à la batterie.

÷

Vos morceaux semblent raconter des histoires. Quelles sont-elles ?

La musique est en effet pour moi comme une forme de récit. Mais mes morceaux ne se référent pas forcément à des événements concrets. Chacun d’eux exprime plutôt le sentiment que quelque chose est en train de se passer. Ce que cela pourrait être exactement, c’est à vous d’en décider. J’aime emmener les gens en voyage grâce à ces morceaux, à la croisée des chemins, entre mon imagination et celle de chaque auditeur.

Lire la suite »